PAPE_TdM_Payen_1713_NetB_site_tarot_org_il_05_20Le_20Pape

Recherches personnelles (sommaire) [#]
Habillement & Accessoires (sommaire) [#]

Tarot de Jean Pierre Payen 
Avignon ca 1713
deuxième plus ancien jeu complet conservé du type "tarot de Marseille" (avec le Noblet de 1650)
Clohars-Carnoët, collection Alan Borvo (selon catalogue de la B.N., 1985)
source pour l'image : www.tarot.org.il

 

 

Dans les tarots anciens, les personnages des cartes "II LA PAPESSE" et "V LE PAPE" semblent à première vue habillés de manière similaire. Ils portent tous deux un long manteau. Ils ont tous deux une tiare sur la tête.

Il existe pourtant, entre eux, des différences du point de vue vestimentaire, surtout dans les accessoires. Ainsi, la Papesse est toujours montrée mains nues. LE PAPE, LUI, SEMBLE TOUJOURS PORTER DES GANTS.

Les gants sont blancs ou bleu ciel, marqués d'une croix. PAPE_mini_Noblet_new_site_tarot_history_com_Noblet_pape_mini_2

 

 

Ces gants de LE PAPE, cela pourrait être un détail.

 

Mais...

Tarot de Jean Noblet

source : www.letarot.com

Dans le gros ouvrage érudit de Louis Charbonneau-Lassay sur le symbolisme christique, se trouve, justement, une référence sur le sens bien particulier de ces "gants pontificaux" en monde chrétien. Je la trouve personnellement éclairante.

La voici :

 

 

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Extrait (pp. 122-123)

Louis CHARBONNEAU-LASSAY : "Le Bestiaire du Christ" Edition ARCHE - Milano (1940, rééd. 1974)

La Main bénissante du Sauveur, représentée dans les arts par la sculpture et la peinture, l'est dans la liturgie catholique, par la main du sacerdote qui, à quelque degré de la hiérarchie qu'il appartienne, exerce canoniquement les fonctions du culte.

Quand les hauts prélats, dans les cérémonies très solennelles, se couvrent les mains de gants, un signe, placé sur le dessus du métacarpe, leur rappelle que leur main n'est plus, pour ainsi dire, leur propre main,GANTS_PONTIFICAUX_Mgr_Slattery__v_que_de_Tulsa___Oxford_ao_t_2007_messe_ste_Rose_Lima_site_schola_sainte_cecile_com mais celle du Christ Lui-même, qui, par elle, absout, bénit, consacre, commande. Ce signe indicateur, durant le Moyen-Age surtout, fut quasi toujours un disque d'or, d'argent, de bronze doré et émaillé, qu'une broderie fine a remplacé, le plus souvent, dans les siècles modernes.

 

Le disque d'or des gants

Mgr Slattery, évêque de Tucson (Oklahoma), à Oxford (Royaume-Uni), août 2007
Messe Pontificale de Ste Rose de Lima

source du cliché : www.schola-sainte-cecile.com

 

 

Sur le gant de la main gauche, ces disques s'ornaient ordinairement d'une image de l'Agneau dominateur portant l'étendard triomphal, quelquefois c'est une simple croix, [fig. III : Gant pontifical du XVe siècle conservé à la cathédrale de Moutiers; d'après Annuaire Pontifical, 1914, p.58] avec ou sans le chiffre du Seigneur I.H.S.; une plaque de gant, du XVe siècle, porte même l'image du visage divin [fig.IV, cabinet de l'auteur].

 

Sur le gant de la main droite, durant les siècles anciens, ce fut quasi toujours la main bénissante du Christ qui fut représentée [fig. V : plaque de gants pontificaux, Cathédrale de Cahors, XIIIe siècle] pour rappeler au Pontife qu'il ne doit lever la main pour commander, absoudre, ou bénir qu'au nom et selon l'esprit du Christ, que sa main ne doit faire, dans l'exercice de son pontificat, que "les gestes du Christ". [voir Mgr Barbier de Montault, Les gants pontificaux, p.43]

 

En-dehors de cette interprétation qui s'impose, les gants pontificaux possèdent un autre sens symbolique dont plusieurs GANTS_PONTIFICAUX_St_Louis_Anjou___St_Suveur_de_Brignoles_site_Min_Culture_base_M_moire_sap01_mh011686_ptextes liturgiques nous sont garants : c'est qu'ils sont "l'emblème de la pureté du Christ", dont le pontife doit revêtir ses mains avant de célébrer les rites sacrés.

Saint Brunon, au XIIe siècle, affirma ainsi ce symbolisme : "Vous demandez peut-être pourquoi les mains sont couvertes de gants de lin; je répondrai en deux mots : pour qu'elles soient chastes."

Mais le texte même de la bénédiction liturgique des gants d'un nouveau pontife est bien plus précis et formel. En voici la traduction fidèle : "... Entourez, Seigneur, mes mains de la pureté du nouvel homme qui est descendu du ciel, afin que, comme Jacob, votre bien-aimé, les mains couvertes de la peau des chevreaux, a obtenu la bénédiction de son père en lui offrant une nourriture et un breuvage très agréable, de même, je mérite, la bénédiction de votre grâce par l'oblation que nos mains vous font de l'hostie salutaire"... (De consecratione electi in episcopum Pontificale Romanum)                                                                      

 

Gants sans couture de Saint Louis d'Anjou

Reliques de Saint Louis conservées dans l'église Saint-Sauveur de BRIGNOLES (83023, Var, France) - cliché de Jean-Eugène DURAND, avant 1905 - base Mémoire du Ministère de la Culture (Archives photographiques, Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine)- Phototype n° MH 001186 - copyright : CMN

 

 

C'est en accord avec ce texte que l'Annuaire pontifical catholique (1914, p.57) s'exprime ainsi : "Les gants qui couvrent les mains du Pontife expriment bien cette pureté du Christ, qui est venu, en quelque sorte, couvrir nos iniquités."

 

 

Un autre symbolisme, (qui n'est pas christique), s'attache aux gants pontificaux du Pape qui doivent être faits sans couture, à l'imitation de la tunique du Sauveur, pour rappeler l'intégrité du dépôt de la foi, laquelle doit être une, sans qu'il y soit rien ajouté ni retranché par la main humaine.

 

Ajoutons que parfois, sur des objets à l'usage des pontifes ou émanant de leur autorité, la main bénissante peut n'être ni est_venant_de_Besan_oncelle du Christ, ni la leur, mais celle d'un Saint : ainsi, sur les monnaies médiévales frappées par les archevêques de Besançon, la Main bénissante est celle de Saint Etienne, patron de l'une des églises principales de cette ville : MANU. STEP. [fig. VI]. Il en est de même des mains bénissantes qui terminent les bras des reliquaires.

[fin de l'extrait]

Denier anonyme, ou "Estévenant" de Besançon (entre 1180 et 1225)

avers : PTHOMARTIR avec dextre bénissante - source : http://www.cgb.fr/monnaies/vso/v05/v050098.html

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

 

 

 

 



 

Quelques compléments d'information :
[sources essentielles : The Catholic Encyclopaedia (1911) et Enciclopedia cattolica (1951)]

Jean_XXIII_plusnewsJean XXIII au cours du Concile Vatican II
source : www.plusnews.fr

Les gants pontificaux, ou chirothèques, [en Anglais, "Episcopal gloves" - en latin : "chiroteca"] sont un accessoire liturgique du Pape, des Cardinaux et des Evêques.

Les chirothèques sont remis au nouvel évêque à la fin de la messe d'ordination épiscopale (au cours de laquelle il vient d'être ordonné évêque). Ils sont utilisés pour des occasions très solennelles :
- Messes Pontificales (jusqu'au lavement des mains, puis à la bénédiction finale)
- et grandes processions.

Il faut une autorisation papale spéciale pour qu'un ecclésiastique sans le rang d'évêque puisse les utiliser. La première autorisation de ce genre dont nous ayons la trace fut donnée en 1070 à l'abbé du monastère de San Pietro in Cielo d'OroSaint-Pierre-au-ciel-d'or] à Pavie (Italie). Autre exemple : vers 1088, l'Abbé de Cluny (France) reçut du Pape le droit de porter tous les insignes pontificaux, dont les gants.

  • Apparemment l'usage en serait né en France. Des gants ornés d'or sont en effet mentionnés dans un inventaire de l'Abbaye de Saint-Riquier en 831. L'usage des gants s'impose à Rome au cours du Xe siècle.
  • Au haut Moyen-Age, les gants étaient de lin ou de soie. Leur couleur était le BLANC. Une exception connue : au New College à Oxford (Royaume-Uni), les gants étaient rouges. Au XIIIe siècle (?), il fut demandé de les porter de la couleur liturgique du jour de la célébration (sauf le noir). Ce n'est qu'au XVIe siècle, apparemment, que leur couleur suivit vraiment les couleurs liturgiques spécifiques. Depuis le Concile Vatican II, - très exactement depuis l'instruction "Pontificales Ritus" du 21 juin 1968 -, l'évêque peut à nouvau porter les gants pontificaux toujours blancs, s'il le souhaite.
  • Les gants, ou chirothèques, sont ornés sur le dessus de broderies, ou d'un décor rapporté : pierres précieuses, verroteries, plaques en métal décoré ou émaillé ("plaque de gants pontificaux"). Les gants pontificaux ont souvent aux poignets des manchettes élargies se terminant parfois par des boutons ou des pompons.
  • La symbolique "religieuse" des gants blancs est la pureté, l'absence de péché. Sur un plan un peu plus prosaïque, les chirothèques montrent aussi le soin, la patience et l'attention qui sont portés au bon déroulement de la cérémonie par celui qui la préside.

 

 

 

 

Par rapport au tarot :

Le personnage sur la carte de tarot "V LE PAPE" porte clairement des gants pontificaux.  La représentation visuelle de la carte est ainsi :

  • ancrée dans l'iconographie chrétienne la plus orthodoxe.
  • avec une limite graphique (les deux chirothèques sont identiques, et seulement marqués d'une croix, sans le disque)
  • et un indice temporel :  l'usage des gants est attesté respectivement en France, puis à Rome, seulement au IX-Xe siècle

A noter :  malgré le titre de la carte, le personnage représenté dans le tarot avec ses gants marqués d'une croix n'est pas forcément un pape ! Il peut aussi être "simplement" un évêque, ou même un prélat autorisé. Ce seront d'autres détails visuels de l'image (la crosse, la mitre ou tiare ...) qui pourront certifier éventuellement son identité  ... A suivre !

 

Sources :
- en Anglais : The Catholic Encyclopaedia (1911) 
Episcopal Gloves : http://www.newadvent.org/cathen/06589a.htm
- en Italien : Cattolica Enciclopedia (1951) - Enrico Cattaneo : "Guanti" : http://www.unavoce-ve.it/ec-guanti.htm
-
en Français : Dictionnaire de l'Architecture - objets religieux : http://www.patrimoine-de-france.org/mots-archi-0-6341.html

Aller plus loin :
- Mgr Xavier BARBIER DE MONTAULT (1830-1901): "Les gants pontificaux" - Tours, Imprimerie Paul Bouserez 1877 (183 p)
- Jacques PAVIOT, enseignant d'histoire médiévale à l'Université  de Paris-XII-Val de Marne : "Le moine, maître chez lui", article paru dans la revue Historia en 2004, centré sur Cluny
- les gants royaux (en Anglais) : http://www.glove.org/gallery/mirianna.php
- rôle des évêques dans les royaumes barbares :

http://w3.univ-tlse2.fr/multimedia/medievale/UE5/ue5_med_cours/ue5_med_1l.htm
- décret "Dixit Dominus" : http://www.portstnicolas.org/spip.php?article135