pour illustrer la carte XIII [#], et son squelette ...



 voir aussi [#][#][#]

Daniel J. BOORSTIN : Les Découvreurs (The Discoverers)
Robert Laffont, Collection Bouquins (1986) Ed. originale (US) : 1983
[extrait pp. 335-336 et 340] //////////////////////////////////////////////////////////

le_onanatomie1491La Leçon d'anatomie de Jean de Ketham, 1491


L
'influence du christianisme sur le développement de la science anatomique fut curieusement contradictoire.

La croyance chrétienne en l'immortalité de l'âme et le mépris envers le corps - simple dépouille que l'homme abandonnait en mourant - ne favorisaient pas un intérêt passionné pour l'anatomie humaine. Mais d'un autre côté, cette séparation du corps charnel avec l'âme, qui constituait l'essence de l'être immortel, eut à la longue pour effet de faire admettre la dissection des cadavres plus facilement qu'en Egypte ou à Rome. L'Islam médiéval ne se résigna jamais à la dissection du corps humain. Du VIIIe au XIIIe siècle, les connaissances antomiques des doctes médecins musulmans n'étaient (selon l'expression de l'historien C.D. O'Malley) que "Galien sous l'habit musulman". Quand les meilleurs médecins musulmans corrigèrent les descriptions anatomiques de Galien, ce ne fut pas par une démarche méthodique ni grâce à leurs propres dissections, mais fortuitement, par quelque hasard heureux. Ainsi, un éminent médecin arabe voyageant en Egypte au début du XIIIe siècle eut-il la chance de tomber sur un amas de squelettes humains accumulés au cours d'une récente épidémie de peste, et, les ayant examinés, il fut en mesure de corriger la description inexacte que Galien avait faite de la mâchoire humaine [au IIème siècle]. Les efforts de Galien pour décrire le corps humain par analogie l'avaient si souvent induit en erreur que certains critiques de la génération suivante le traitèrent par dérision de spécialiste "de l'anatomie du singe". [...]
------> récolte d'ossements par hasard racontée par Vésale [#]

 

p_frederic2L'Empereur Frédéric II Hohenstaufen

[pp. 340] Ce n'est qu'en de rares et macabres occasions que l'intérieur du corps humain était examiné. [...] En 1238, l'Empereur Frédéric II (1194-1250) connu dans toute l'Europe pour son esprit encyclopédique [...] fit obligation à l'école de médecine de Salerne de pratiquer une dissection publique tous les cinq ans.

Pendant les croisades, il se présentait de temps en temps une occasion macabre d'étudier le squelette humain, quand on démembrait et que l'on faisait bouillir les corps de ceux qui étaient morts en cours de route, afin que leurs os puissent être commodément ramenés sur le sol natal du croisé pour y être enterrés. Cette habitude était si répandue qu'une bulle du pape Boniface VIII dut être publiée en 1299 pour en interdire la pratique. Malgré l'opposition individuelle de beaucoup de gens d'église à la dissection du corps humain, il semble bien que le pape lui-même n'ait jamais formulé d'objection de principe. Au cours du XIVe siècle, la dissection pratiquée sur l'homme devint chose plus familière dans les facultés de médecine, et quand le pape Alexandre V mourut subitement à Bologne en 1410, on fit sur le champ son autopsie.

 

 

Et pourtant la dissection paraissait encore, d'une certaine manière, V_salesquelette_lafauxUqaccontraire à la nature et à la volonté de Dieu. Faire une "anatomie" signifiait aussi "pratiquer un accouchement par césarienne". Quelquefois aussi une autopsie était ordonnée par le tribunal afin d'établir que les blessures de la victime étaient bien la cause de sa mort. Quand la santé de la communauté était en jeu, des autopsies pouvaient être tolérées ou même exigées. Après la peste noire de 1348, les responsables de la santé publique à Padoue ordonnèrent que toute personne morte de cause inconnue ne puisse être enterrée que si un médecin attestait n'avoir trouvé aucun signe de peste après examen du corps. Pour découvrir le gonflement des ganglions lymphatiques qui constituait le diagnostic de la peste, il fallait disséquer le corps, et les étudiants en médecine de Padoue s'instruisirent grâce à ces cadavres. [...]
------> étudiants de médecine à Padoue [#]

En Europe, la seule dissection légalement autorisée continua pendant des siècles à être celle des condamnés à mort qui arrivaient rarement intacts.

"De Humanis Corpore Fabrica" planche du livre de Vésale (1543)

[fin de l'extrait] //////////////////////////////////////////////////////////////////////
Même ouvrage, autres extraits : "histoire du dessin anatomique" [#] -"récolte de cadavre par Vésale" [#] - "Quand la xylographie arriva en Occident" [#]

 

 

L  I  E  N  S

 

ILLUSTRATIONS :
Frédéric II Hohenstaufen (1194-1250),
http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_II/120272
http://www.yousapiens.it/tempolibero/Turismo-Puglia-e-Basilicata/admin/public/news514.jpg
Leçon d'anatomie de Jean de Ketham, 
Fasciculus Medicinae 1491 (c) Bibliothèque Universitaire de Médecine 
http://www.maitrise-orthop.com/corpusmaitri/orthopaedic/101_histoire/anatomie.shtml
Planche extraite du De Humanis Corpore Fabrica, de Vésale (1543) : http://classiques.uqac.ca/classiques/febvre_lucien/apparition_du_livre/apparition_du_livre_illustrations.html

LIEUX CITES :
Salerne, ville et port d'Italie (Royaume de Naples) : 
http://xn--encyclopdie-ibb.eu/index.php/histoire/1849563327-geographie-moderne/769434065-SALERNE
Padoue : http://www.larousse.fr/encyclopedie/ville/Padoue/136743
Université de Padoue : 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_de_Padoue

PERSONNAGES CITES :
Empereur Frédéric II de Hohenstaufen, roi de Sicile, empereur du Saint-Empire romain germanique
http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_II/120272
http://www.stupormundi.it/Federico-II.htm

FAITS & CONCEPTS CITES :

HISTOIRE DE LA MEDECINE
La médecine au Moyen-Age
- Oeuvres de Galien (numérisées) :  http://www.bium.univ-paris5.fr/histmed/medica/galien_vf.htm
- Ecole de médecine de Salerne, son histoire (en italien) : http://www.scuolamedicasalernitana.it/
- Hippocrate dans les textes théologiques (document du Vatican) : http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/hlthwork/documents/rc_pc_hlthwork_doc_05101997_roth_fr.html  
- Livres anciens de médecine : patrimoine numérisé sur www.aristhot.eu
- Histoire de l'anatomie : http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27anatomie
- la peste noire dans le Dictionnaire médical de 1835 :
http://books.google.fr/books?id=9Y5DAAAAIAAJ&pg=PA76&lpg=PA76&dq=peste+noire+1348+Padoue&source=bl&ots=OxJC2L8bOl&sig=DW54hpSOo3W_-dGvrY7HyPNWkVY&hl=fr&ei=RRyUSoHJPJihjAfI2b3-DQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=9#v=onepage&q=peste%20noire%201348%20Padoue&f=false

LES SCIENCES A LA RENAISSANCE
- "Les grandes figures du monde moderne", par Josiane Boulad Ayoub, François Blanchard - 2001 - Chapitre 5 accessible en ligne à http://classiques.uqac.ca/contemporains/boulad_ajoub_josiane/grandes_figures_monde_moderne/grandes_figures_PDF_originaux/Ch5.pdf
- "Les médecins nestoriens au Moyen-Age : les maîtres des Arabes", par Raymond Le Coz (2004) : Aperçu à http://books.google.fr/books?id=CLVc5FFD8vMC&vq=Paris&dq=m%C3%A9decine+PAris+Moyen-Age&source=gbs_navlinks_s
- La transmission du savoir au Moyen-Age et à la Renaissance, colloque de 2003 - Par Alfredo Perifano, Pierre Nobel, Frank La Brasca, Université de Franche-Comté: aperçu à http://books.google.fr/books?id=V17vP4NsXcQC&dq=m%C3%A9decine+PAris+Moyen-Age&source=gbs_navlinks_s