Le saint ermite de la Creuse : un des rares dont la première biographie (un manuscrit du Xe siècle) lui est quasiment contemporaine. Un solitaire à la fois aveugle et clairvoyant, thaumaturge, ascète puis abbé d'un monastère autour duquel se créera la future ville de GUERET. L'HERMITE de la carte de tarot VIIII et tous ses rôles au Moyen-Age, en quelque sorte. Mais aussi ... à la fin du texte, de quoi illustrer la carte du Jugement, celle de l'ange à la trompette.

Carte VIIII l'Ermite : Sommaire [#]
Carte XX Le Jugement : Sommaire [
#]

Les Petits Bollandistes : Vies des Saints [...] d'après l'Abbé Giry,
7e édition sous Léon XIII, mis en ligne par l'Université St Michel de Toronto
URL : http://www.archive.org/stream/lespetitsbolland12guuoft/lespetitsbolland12guuoft_djvu.txt
[Extrait] 
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

buste de St PArdoux de 1510 - illustr de Office de St Pardoux publié à Guéret en 1635 selon site saintpardouxlacroisilledotnet                  SAINT PARDULPHE

           (ou PARDOUX) de Sardent

           Abbé

           patron de Guéret (Creuse)

           + 737

           Pape : Grégoire III

           Roi de France : Charles Martel

           Fête le 6 octobre 


                 Illustration :
          
buste de 1510, figurant en illustration de
           L'Office de Saint Pardoux
           publié à Guéret en 1635 par Pardoux Aubaysle
           d'après des livres liturgiques anciens
           source : site de Saint-Pardoux-la-Croisille


                

                 Le bienheureux Pardoux naquit au diocèse de Limoges, dans un bourg appelé Sardent (Creuse,
                 arrondissement de Bourganeuf, canton de Pontarion), qui est à trois lieues de Guéret. Ses parents
                 étaient de pauvres laboureurs, et l'enfant commença par garder les troupeaux de la maison; il brilla 
                 bientôt au milieu des autres enfants par sa douceur, sa modestie et sa grande piété, et ses vertus
                 furent si précoces, qu'on venait le voir dans les champs et qu'il attirait à lui des personnes même
                 d'un rang élevé. Un jour qu'il se reposait sous un arbre avec ses jeunes camarades, ils mirent le feu
                 au pied, soit par forme de jeu, soit pour se chauffer; le vent, soufflant avec force, fit tomber l'arbre,
                 et tous les enfants prirent la fuite, à l'exception du jeune Pardoux, qui resta immobile en faisant le
                 signe de la croix. En tombant, une des branches de l'arbre lui fit à la tête une grave blessure, qui lui
                 occasionna la perte de la vue. Privé de la lumière, il rechercha avec plus d'attrait qu'auparavant la
                 véritable lumière des âmes, et Dieu le combla de telles faveurs, qu'avec le don de la parole et de la
                 prédication, il reçut le pouvoir de soulager à la fois les âmes et les corps; il chassait les démons et
                 guérissait les infirmes et les malades.

                 C'était au temps où Lanstérius, comte de Limoges, fonda le monastère de Guéret (Waractum),
                 en 
l'honneur des saints apôtres Pierre et Paul. Après avoir rassemblé dans cette maison un
                 certain 
nombre de moines pour y chanter les louanges divines, ce seigneur entendit parler de la
                 sainteté et 
des miracles de notre Saint; il alla le trouver aussitôt et il obtint de lui, à force
                 d'instances, qu'il 
viendrait habiter le nouvel établissement. Pardoux y fut tout d'abord le modèle
                 accompli des vertus 
religieuses, au point qu'il fut bientôt établi le supérieur et l'abbé de ce
                 monastère. Il se fit remar
quer par sa pénitence : jamais il ne s'approchait du feu pour se chauf-
                 fer; il se priva d'une manière 
absolue de la chair des animaux; souvent il passait des semaines
                 entières en ne prenant qu'un seul 
repas, et il se servait d'un fer aigu pour mortifier son corps.
                 Ces dispositions lui méritèrent, pen
dant une nuit, la vision de l'archange saint Michel, qui lui
                 apparut et lui adressa ces paroles de 
consolation : 

                 « Pardoux, homme de Dieu, levez-vous promptement et sans perdre de temps montez les degrés
                 de cette échelle. Vous trouverez au sommet Notre-Seigneur Jésus-Christ et vous recevrez de Sa
                 main la couronne qu'il a préparée à vos travaux et à vos souffrances
»
.
                 Le serviteur de Dieu se lève aussitôt, baise le lieu où il avait vu les pieds de l'ange et prie avec
                 d'abondantes larmes. Il comprit que Dieu l'avertissait de persévérer dans la pratique des bonnes
                 œuvres pour arriver un jour aux récompenses célestes.

 

                 Plusieurs fois Dieu lui accorda le don des miracles. Un paysan, appelé Germanus, étant à couper
                 du bois dans une forêt, trouva sous un vieil arbre des champignons, qu'il ramassa pour les porter à
                 l'homme de Dieu. Comme il se rendait vers lui, il rencontra un homme riche, nommé Regnarius,
                 qui, abusant de son autorité, lui enleva ces champignons et ordonna à son serviteur de les apprê-
                 ter avec soin pour les servir quand viendrait l'heure du repas. Il les eut à peine goûtés qu'il ne put
                 les rejeter ni de la bouche ni du gosier, où ils s'étaient arrêtés; dans cette extrémité, il ordonna
                 à l'un 
de ses serviteurs d'aller trouver Pardoux afin de le supplier de lui pardonner la faute qu'il
                 avait commise à 
son égard et d'implorer pour lui la miséricorde du Seigneur. Le Saint alla prier
                 dans son oratoire et 
remit au serviteur de l'eau et de l'huile bénites de ses mains; lorsque celui-
                 ci fut de retour, et que 
son maître eut frotté d'huile la partie souffrante et introduit de l'eau
                 dans sa bouche, les champi
gnons sortirent de son gosier et il recouvra la santé.

                 Un forgeron de Limoges était possédé du démon, et on lui avait mis une chaîne au bras et au
                 cou; il fut conduit à l'homme de Dieu par deux gardiens, l'un marchant en avant et l'autre le rete-
                 nant par derrière. Lorsqu'il fut arrivé près du Saint, il se répandit en injures et en outrages contre
                 lui, en lui donnant les noms de voleur, de faussaire et de persécuteur. Celui-ci, plein de patience
                 et de charité, lui fit donner à boire et à manger; entrant ensuite dans son oratoire, il pria pour
                 lui, le garda quelques jours dans le monastère et le renvoya complètement guéri.

                 Il y avait à Tours un paralytique qui, depuis cinq ans, se faisait porter sous le portique de l'église
                 consacrée à saint Martin, sans avoir pu obtenir sa guérison. Pendant son sommeil, il entendit une
                 voix qui lui disait ; « 
Lève-toi, hâte-toi de te rendre au territoire des Lemovices, pour y trouver
                 l'homme de Dieu Pardoux; par lui le Seigneur te rendra la santé
».
Il fit part de ce qu'il venait
                 d'entendre à un moine du monastère, qui le rapporta à l'abbé ; celui-ci fit préparer un âne et
                 ordonna à deux serviteurs de conduire le paralytique vers saint Pardoux. Lorsqu'il fut arrivé,
                 l'homme de Dieu fit sur lui le signe de la croix, toucha ses membres avec sa main et le renvoya
                 guéri. Ces 
miracles ne sont pas les seuls qu'il ait faits : un grand nombre d'autres lui sont attribués.

 

 

                 Le bienheureux Pardoux arriva à une grande vieillesse; il atteignit presque sa quatre-vingtième
                 année; son visage resplendissait d'une douceur angélique et sa chevelure était devenue d'une 
                 éclatante blancheur; il n'était cependant affaibli par aucune infirmité, et on croit même qu'il
                 avait 
recouvré la vue. Un dimanche, le 6 octobre de l'année 737, il sentit que sa mort était pro-
                 chaine et 
s'endormit quelques instants. Quand il fut réveillé, il dit à ses frères qui l'entouraient :
                 « Quelle est cette trompette que j'ai entendue à la porte du monastère ? »
                 Les religieux comprirent alors que le chœur des anges allait recevoir son âme et l'introduire dans
                 les demeures célestes. A la 
même heure, un de ses disciples entendit des voix qui chantaient
                 dans le ciel. C'était le moment 
où le Saint rendait son âme à Dieu. 

                 On le représente aveugle et guérissant les aveugles qui viennent à lui.




Gimel-les-Cascades_-_Église_Saint-Pardoux_ Corrèze - wikimediaEglise Saint Pardoux, portail fin XIIIe s.
GIMEL-LES-CASCADES (Corrèze) - wikimedia

CULTE ET RELIQUES. 

Il fut enseveli dans une église voisine, dédiée à saint Aubin, et le peuple de la contrée l'a regardé à cause de ses grands miracles accomplis à son tombeau. Ces miracles furent si fréquents, dit un ancien auteur, qu'il passait dans les Aquitaine pour un autre saint Martin. On garda avec un grand soin ses reliques, et les évêques de Limoges les déclarèrent plusieurs fois authentiques, notamment dans les années 1623 et 1712. Le chroniqueur Geoffroy du Vigeois dit qu'elles furent portées à Sarlat (Dordogne) et de là à Arnac, vers l'an 1028 ; mais il est probable que ce transport doit s'entendre seulement d'une partie du corps. Plusieurs paroisses du Périgord portent son nom, et on voit une fontaine de ce même nom à Saint-Pardoux-la-Rivière. [reliquaire du XIIIe s., voir ici]

L'OFFICE ET LES LITANIES de saint Pardoux, imprimés à Guéret, en 1635, sont d'une grande beauté. On y trouve cette belle antienne aux Vêpres : 

      Lampas Ecclesiœ, flambeau de l'Eglise,
      Gemma puritatis, Perle de pureté,
      Speculum mundi, Miroir de chasteté,
      Cella sanctitatis, Sanctuaire de sainteté,
      Linea justiti, Vêtement de justice,
      Exemplar virtutis, Modèle de vertu,
      Adstanti familie Donne à tes enfants qui t'implorent
      Fer opem salutis. La grâce d'opérer leur salut.

Le PROPRE DE SARLAT offre, au 10 octobre, cette gracieuse oraison du Saint :

                     Deus, qui in corporali cœcitate copioso spiritus splendore beatum Perdulphum, confessorem
                     tuum, illustrasti ; ejus
meritis et precibus cœleste n obis lumen largiter infunde, quo omnes
                     mundi fallacias detegentes, ad œtemam gloriam tuam
claritatem semper intendamus.
                     « Dieu, qui n'avez voulu priver saint Pardoux, votre serviteur, de la lumière du corps, que pour lui
                     prodiguer celle de l'esprit, répandez dans nos âmes cette lumière précieuse qui, nous faisant
                     découvrir toutes les erreurs dont ce monde est rempli, nous permettra de nous animer un jour
                     dans l'océan des splendeurs de votre gloire ».

Nous devons cette notice à l'obligeance de M. l'abbé Antoine Ricard ; il l'a tirée de l'ouvrage intitulé "La Vie et les Miracles de saint Pardoux", par Couturier de la Prugne. Guéret, 1721.

[fin de l'extrait]///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Autres vies de saints dans le blog :
St Agnès de Prague [#] - Ste Aure [#] - St Convoyon [#] - Ste Giovanna Maria Bonomo [#] - St Hilarion de Gaza [#] - St Onuphre [#] - St Pakôme [#] - St Pierre Damien [#] - St Roch [#] - St Sebald de Nüremberg  [#] - St Syméon le Stylite [#] - Liste de vrais ermites (hommes) [#] - Liste de femmes ermites ou recluses [#]

Ecrits de saints cités dans le blog : 
L'Oeil de mon âme, prière de St Anselme [#- Lettre 263 de Ste Catherine de Sienne [#] - profession érémitique de St Etienne de Muret  [#] - St François de Sales [#] - Règle des ermites attribuée à Richard Rolle [#][#] - St Romuald [#] - Ste Thérèse de Lisieux [#] - Ste Thérèse d'Avila [#] sa vision de l'enfer [#] -

 

 

L  I  E  N  S 


Autres sources :
bio de St Pardoux : copie du Xe siècle à la Bibliothèque Nationale (Ms 5240)
saintpardouxlacroisille.net/stp24b_008.htm
www.saintpardouxlacroisille.net/stp28b_012.htm

membres.multimania.fr/sardent/chapelle.htm
Bio (en Anglais) : en.wikipedia.org/wiki/Pardulphus

Bras reliquaire du XIIIe s. : www.culture.gouv.fr/emolimo/sardent4.htm

EGLISES DEDIEES A SAINT PARDOUX :
AFFIEUX (Corrèze) : patrimoine-de-france.com/correze/affieux/eglise-paroissiale-saint-pardoux-8.php
BARRET (Charente) : https://sites.google.com/site/modillonsetpeinturesromanes/Poitou-anjou-saumurois-guyenne/poitou/barret-eglise-saint-pardoux
GIMEL-LES-CASCADES (Corrèze) : www.gimellescascades.fr/L-eglise-Saint-Pardoux.html
SAINT-PARDOUX-LA-CROISILLE (Corrèze) :
histoire : www.saintpardouxlacroisille.net/stp28b_007.htm
album photos : jfpascal.jalbum.net/L%27%C3%A9glise/
SAINT-PARDOUX-ET-VIELVIC (Dordogne) :

 

ILLUSTRATIONS :
Eglise Saint-Pardoux à GILMEL-LES-CASCADES : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5a/Gimel-les-Cascades_-_%C3%89glise_Saint-Pardoux_01.JPG
Eglise Saint-Pardoux à BARRET (Charente) : https://lh6.googleusercontent.com/-xF25cxcVFYo/T5WFB8lBkUI/AAAAAAAAAdk/LD3bMl7gPMg/s1600/_IGP9465.JPG