cartes LE BATELEVR [#] - LA JUSTICE [#]

Bronislaw GEREMEK : Le Marginal 
in L'homme Médiéval, sous la direction de Jacques LE GOFF, Seuil (1989)
édition originale en italien de 1987 chez Giuseppe Laterza & Figli, Rome-Bari. 
[extrait pp. 392-393] ///////////////////////////////////////////////////////////////

 

Les plus nombreux, en effet, dans les archives judiciaires, sont des individus tout-à-fait ordinaires dont l'existence semble être bien enracinée dans un réseau de liens professionnels, familiaux ou de voisinage et qui, peu à peu ou subitement, rompent ces liens. En 1416, à Paris, fut jugé un clerc (moine de l'ordre des carmes, puis défroqué) accusé d'un meurtre et d'un vol. Sa biographie nous est parvenue grâce à une violente querelle qui se déclencha entre les juges laïcs et l'Eglise, qui se disputaient ce prisonnier.

Enfant illégitime, il se complaisait dès l'adolescence dans les JEUX DE HASARD; puis, après avoir jeté son froc de carme, il s'enrôla dans une troupe militaire. Outre cela, il travailla comme domestique à la cour d'une dame de haute noblesse et, avant d'être arrêté, se produisait dans les "farces publiques", aux Halles de Paris. C'est ce que nous apprend le réquisitoire du procureur du Roi, affirmant que pour toutes ces raisons [1] l'accusé ne devrait pas bénéficier du privilegium fori

Le représentant de la juridiction ecclésiastique contesta ce raisonnement, en rappelant que l'accusé avait obtenu une dispense pour sa naissance illégitime [1] et que, s'il se produisait publiquement, il le faisait uniquement pour s'amuser et non dans un but lucratif [1] :
"Il n'est buffo ne gouliart ne jongleur ne basteleur ", par conséquent les arguments l'empêchant de bénéficier du privilège clérical n'étaient pas valables.
------> Les sens anciens du mot "bateleur" [#]

 

A voir l'itinéraire de l'accusé, nous constatons que sa vie, parsemée de conflits, oscillait entre la déviance et la stabilité. Clerc, il devint soldat, puis vagabond et comédien. Et, également, voleur d'occasion : il avait été incarcéré au moins quatre fois avant le procès que nous relatons. On peut supposer pourtant que dans le passé de cet "homme de plusieurs métiers", prédécesseur médiéval du picaro, existaient de longues périodes où il menait une vie régulière, travaillait, avait un maître. Il est probable que ses infractions à la loi furent accidentelles, et loin de constituer l'élément dominant de son mode de vie. Nous n'en savons rien sauf qu'aux yeux de la société organisée, que représentait et protégeait l'appareil de justice et de police, il passait pour un vagabond, un individu instable, un marginal.

 
[1] Note du blog : éclairage juridique [#]

 

[fin de l'extrait]/////////////////////////////////////////////////////////////////////
Autres extraits du même ouvrage (dirigé par J. LE GOFF) :
texte du même auteur, B. Geremek : Les métiers indignes au Moyen Age [#] -
d'un autre auteur, André Vauchez : Ossements d'ermite [#] - Le culte de St Sebald, ermite [#] -
Extraits de "Civilisation de l'Occident Médiéval" de J. LE GOFF (1977, rééd. 1984) :
[ERMITE] Le refuge absolu de l'idéal chrétien [#]
-
[ERMITE] Le marin de saint Louis à Lampedusa [#] -
[PIERRE] Fréquence des incendies de charpente [#] -
[ROUE DE FORTUNE] un Mythe décourageant [#]

 

 

L  I  E  N  S

Privilegium fori (en Anglais) : www.newadvent.org/cathen/12437a.htm
E-book de Robert GENESTAL (1872-1931) : Le privilegium fori en France du décret de Gratien au XIVe siècle, Paris Ed. Leroux (1921) : www.archive.org/details/leprivilegiumfor01gnuoft