La bio d'un ermite français au XIe siècle : un vicomte, marié, devenu ermite charbonnier, puis moine bénédictin ...

carte VIIII L'Ermite (sommaire) [#]

Gustave ESTOURNET  : La Ferté-Alais, ses origines, ses premiers seigneurs S.H.A.C.E.H., 1944
Source : www.corpusetampois.com/che-20-estournet1944lafertealais.html
[extrait]//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Adélaide, dame de La Ferté en partie, épousa Ebrard II, fils d’Ebrard Ier, vicomte de Chartres et d’Humberge, lequel est nommé avec ses parents, dans une charte peu postérieure à 1048: dès 1066, Ebrard II avait recueilli la succession de son père.

  • En 1073, se voyant sans enfants, il se résolut à fuir le monde abandonnant sa femme, distribuant ses biens à ses frères et son argent aux pauvres, il alla vivre en ermite dans un pays éloigné, où il vécut du métier de charbonnier, selon Guibert de Nogent.
    ------> le chroniqueur Guibert de Nogent sur d'autres sujets : beauté féminine [#] - sacre des rois [#]

  • Une notice de Marmoutier nous apprend ces faits, et le don qu’Ebrard avant de partir, avait fait à cette abbaye de la terre de Nottonville, dont son frère Hugues, seigneur du Puiset, possédait l’autre [p.44] moitié. Philippe Ier confirma ce don en 1075. Cependant Ebrard, revenu en France, négociait auprès de sa femme pour obtenir d’elle la permission de se faire moine à Marmoutier, ce qu’elle finit par lui accorder (1).
  • En 1076, Adélaïde de La Ferté-Baudouin, se considérant comme veuve d’Ebrard parce qu’il avait pris l’habit religieux, exonéra des coutumes qu’elle avait l’habitude d’y percevoir quatre arpents de terre destinés à agrandir le parvis et le cimetière de l’église d’Itteville: Adelais de Firmitate Balduini, cum maritus ejus Evrardus monachicam vitam expetisset, et ipsa in viduitate maneret... [Traduction littérale: “Alais de la Ferté-Baudouin, comme son mari Évrard avait adopté le genre de vie monastique et qu’elle-même vivait dans le veuvage...” ]
    En reconnaissance, il lui fut donné dix livres; de plus, un pauvre serait nourri et habillé à son intention dans l’hôpital du chapitre et son anniversaire serait célébré à perpétuité. Bouchard II, comte de Corbeil, qui jouissait des droits de voirie sur les terres en question, donna son assentiment en présence de Ferry, fils de Baudouin, et de Baudouin du Donjon, dit de Beauvais (2).
  • Vers la même date, Ebrard obtint de son frère Hugues le don de la seconde moitié de Nottonville, et en 1077, de son frère Galeran, qui était venu le voir à Marmoutier, l’abandon de tous ses droits sur cette terre.

  • Peu après, Ebrard intervint auprès de son neveu Hugues Blavons pour lui faire restituer à l’abbaye de Coulombs la terre de Sours-en-Chartrain.

Ebrard est cité dans plusieurs actes au nombre des moines de Marmoutier. Dans son histoire de cette abbaye, dom Martène dit qu’il devint abbé de Saint-Calais et mourut un 16 septembre.

(1) A. DE DION, Le Puiset au XIe et au XIIe siècle, p. 12. — Les seigneurs de Breteuil en Beauvaisis, p. 13.
(2) GUÉRARD, op. cit., I, 279 — Cette charte a été interpolée pour en faire un diplôme royal: cf. M. PROU, op. cit., p. 421, 2007

[fin de citation]////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

 L  I  E  N  S 

AUTEURS CITES :
Guibert de Nogent (1053-1124) :
biographie : www.universalis.fr/encyclopedie/guibert-de-nogent/
historiographie des croisades (Univ. de Louvain)  : bcs.fltr.ucl.ac.be/enc2/09.html

LIEUX CITES :
Abbaye de Saint-Calais (histoire de l'abbaye) : fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Calais

ACCES DIRECTS EN LIGNE :