Jeux anciens [#]
XVe siècle [
#]

Daniel J. BOORSTIN : Les découvreurs (The discoverers) - D'Hérodote à Copernic, de Christophe Colomb à Einstein, l'aventure de ces hommes qui inventèrent le monde", Ed. Robert Laffont, Collection Bouquins (1986) - Ed. originale New York : 1983 - Dixième partie : l'intérieur du corps
[extraits pp. 497-499 et 505] ///////////////////////////////////////////////////////////

D'autres que Marco Polo, comme Guillaume de Rubrouck, Odoric ou Pegolotti, avaient admiré la façon dont le grand Khan [empereur mongol qui avait conquis la Chine] utilisait l'écorce des arbres à la place des métaux précieux [pour créer du papier-monnaie]. Mais cela ne paraît pas avoir constitué une incitation suffisante pour introduire l'imprimerie dans le monde occidental. Et les Occidentaux ne s'étaient pas encore mis à l'étude des religions orientales, qui pourtant auraient pu les intéresser par l'usage qu'elles faisaient de l'imprimerie pour la diffusion de la littérature sacrée. En Europe, bien que des monnaies de cuir aient été signalées aux XIIe et XIIIe siècles, il n'existe aucune trace de papier-monnaie jusqu'à la date de 1648, où la première émission eut lieu en Suède. Mais c'est par une voie plus frivole, peut-être, que la xylographie est parvenue en Occident.

  • Il semble que les cartes à jouer, comme les
    1435-1455 Rhin sup Constance à Mayence - cerf et licorne - Maitre des cartes à jouer - gallica BnF

    dominos, soient nés en Chine. Aux époques Shung et mongole, on pratiquait dans toute la Chine des jeux de cartes compliqués à l'aide de dés.

  • L'interdiction des jeux de hasard par le Coran explique peut-être pourquoi il n'est jamais fait mention des jeux de cartes dans la littérature arabe médiévale. Mais ceux-ci semblent avoir connu une grande vogue dans les armées mongoles en marche vers l'Ouest et auraient été introduits en Europe via "le pays des Sarrasins". D'une manière ou d'une autre, c'est en enjambant le monde arabe que les cartes à jouer parvinrent en Italie et en Europe de l'Ouest.
  • [En Europe,] les gens aisés commandaient encore des jeux de cartes peints à la main (ex. [#]),

  • mais le peuple utilisait des cartes imprimées; connues en Allemagne et en Espagne en 1377, celles-ci devinrent bientôt si populaires que le Synode de 1404, alarmé par la situation, interdit tout jeu de cartes au clergé. En 1423, saint Bernardin de Sienne, dans une diatribe prononcée sur les marches de Saint-Pierre, exhorte ses auditeurs à rentrer chez eux pour rassembler toutes leurs cartes et les brûler en place publique.
    -----> prédicateurs des ordres mendiants [#]
  • Avant même Gutenberg, on imprimait des jeux de cartes à Venise, Augsburg et Nüremberg; en 1441, le Conseil de Venise dut promulguer une loi pour protéger ses propres imprimeurs de cartes.
    -----> Augsbourg [#][#][#][#]
  • Le mystérieux "Maître des cartes à jouer" (v. 1430-1450) fut l'auteur d'une très belle série, dont une soixantaine nous sont parvenues, et que la finesse du dessin fait attribuer par certains à Gutenberg lui-même. Il n'est pas impossible du reste que le travail de ce dernier soit en partie l'aboutissement de recherches pour perfectionner l'impression des cartes.

 

L'imprimerie servit donc à une foule d'usages variés et quotidiens bien avant d'être utilisée à des fins supérieures d'ordre intellectuel ou religieux. [...] les Européens adoptèrent la planche à imprimer les tissus au XIIIe siècle [...] Lorsqu'enfin l'impression sur papier fait son apparition en Europe, elle rappelle trop - par sa technique, ses matériaux, ses utilisations - ce qui se faisait depuis longtemps en Chine pour ne pas suggérer l'idée que c'est de là-bas qu'elle vient. L'une des plus anciennes impressions européennes sur papier qui ait été datée représente un saint Christophe (1423), destiné, à l'instar des pagodes de l'impératrice Koken [Japon, VIIIe s.], à éloigner la maladie et la mort. "Quel que soit le jour où tu verras l'image de saint Christophe, peut-on y lire, ce jour-là tu ne subiras de la mort aucun mauvais coup." Les premiers imprimeurs européens sur bois utilisaient une encre fabriquée, comme celle de Chine, à partir du noir de fumée et dissoute dans de l'huile, et du papier d'origine chinoise.

p. 505

Certes, l'imprimerie existait en Europe bien avant Gutenberg, si, par "imprimerie", on entend fabrication d'images par pression.

Cary_Sheet_ca_1500

  • En Anglais, imprimer, to print, signifia d'abord marquer d'un sceau, comme dans l'estampage des monnaies, ce qui explique que Gutenberg ait débuté comme orfèvre.

  • Son invention capitale fut moins une nouvelle méthode d'imprimerie qu'une façon originale de multiplier les caractères destinés à reproduire les lettres. D'autres, avant lui, avaient songé à graver dans du bois ou du métal une image inversée, pour l'appliquer ensuite, enduite de couleur, sur du tissu, du vélin ou du papier. Mais ils imprimaient ainsi d'ordinaire une page, un dessin entier. Gutenberg, lui, fit éclater ce procédé. Pour lui, imprimer une page, c'était imprimer successivement un certain nombre de lettres plus ou moins fréquemment répétées. Dans ces conditions, pourquoi ne pas réaliser pour chacune de ces lettres un grand nombre d'exemplaires, de manière à pouvoir les réutiliser aussi souvent que nécessaire ? [...]

  • Le désir de trouver de nouvelles méthodes de reproduction des livres n'avait rien à voir avec un rejet quelconque du travail des scribes. Le but premier était de trouver un moyen de reproduire les manuscrits en plus grande quantité et à moindres frais, en leur conservant la qualité du travail des meilleurs copistes et enlumineurs.
    ------> Femmes copistes au Moyen Age [#]

  • Les premiers imprimeurs appelaient d'ailleurs leur métier l'art de "l'écriture artificielle", ars artificialiter scribendi.

[fin de l'extrait] //////////////////////////////////////////////////////////////////////
Même ouvrage, autres extraits :
Histoire du dessin anatomique [
#] - Récolte de cadavre par Vésale [#] - Dissection [#]

 

L  I  E  N  S 

 

PERSONNAGES CITES :

St BERNARDIN DE SIENNE (1380 - Aquila 1444) fêté le 20 mai, prédicateur, dévot du Saint Nom de Jésus :
missel.free.fr/Sanctoral/05/20.php 
www.newadvent.org/cathen/02505b.htm (en anglais)
levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&id=4205&fd=0
sermon : www.vatican.va/spirit/documents/spirit_20010518_bernardino_fr.htm
peinture : fr.wikipedia.org/wiki/Bernardin_de_Sienne

PREMIERS IMPRIMEURS (Alde Manuce, Josse Bade, etc...) :
http://classes.bnf.fr/livre/arret/histoire-du-livre/imprimerie/04.htm

LIEUX CITES :
VENISE : www.bellitalie.org/histoire-venise.html

ILLUSTRATIONS

Carte du Maître des cartes à jouer, estampe, vers 1435-1455 
14 x 9,3 cm, édition Rhin supérieur (entre Constance et Mayence)
Identifiant : ark:/12148/btv1b7200358m
Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE BOITE FOL-KH-25 (1-2)
catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40353788x

Feuillet Cary Yale, daté env. 1500, conservé à la Beinecke Library, Yale University.
Source : newsletter.tarotstudies.org/2006/10/hunting-true-marseille/