Carte LE MAT [#]
Conversion [#] [#] [#]

Marie-Madeleine DAVY : Initiation à la Symbolique Romane Flammarion 1977, coll. Champs 1999
[Extrait pp. 32-33] //////////////////////////////////////////////////////////////////

La vie [au siècle roman] est envisagée comme un pélerinage. La cité "d'en haut", celle des saints, ici-bas les hommes, pélerins par grâce, citoyens de la cité "d'en haut" pérégrinent vers le royaume. Ce thème proposé par saint Augustin anime la vie médiévale. Le XIIe siècle éprouve la passion des pélerinages. Des lieux sont consacrés, le voyageur y vient de loin pour la rémission de ses fautes ou pour sa dévotion. L'homme ne sait pas toujours que le centre du pélerinage est son propre coeur. C'est pourquoi il s'éloigne de sa patrie, croyant trouver le lieu où le ciel et la terre s'unissent. Les routes de pélerinage sont tracées - telles des fleuves - et traversent l'Europe qu'elles dépassent. Les points de rencontre sont Saint-Jacques-de-Compostelle, Saint-Michel-du-Mont-Gargano ou des sanctuaires voués à la Vierge. Les reliques des saints opèrent des miracles sur le plan physique ou dans l'ordre plus secret de la conversion du coeur.

Le pélerin franchit les limites de l'Europe, et c'est en Orient qu'il tente de défendre le tombeau du Christ. La croisade devient ainsi le plus exaltant des pélerinages. Les lieux saints où le Christ a vécu sont considérés comme sa propre terre, celle qu'il convient de libérer de ses ennemis.

 

En-dehors de ces pélerinages, le XIIe siècle n'est pas seulement sédentaire, il est aussi nomadeet dans une époque dépourvue de transports, tant de déplacements nous étonnent.

  • Bernard de Clairvaux parcourt l'Europe sur une mule.
  • Rupert de Deutz, étant l'objet d'attaques de la part des écoliers de Paris, raconte son voyage à dos d'âne pour croiser le fer avec Anselme de Laon et Guillaume de Champeaux à propos de la toute-puissance divine !
  • La plupart des voyageurs cheminent à pied, chargés parfois de rouleaux couverts de textes ou encore porteurs de messages.

Nous vivons dans un siècle trop agité pour saisir le sens profond d'une vie privée d'impatience. Il s'agit de bien faire, et non de faire beaucoup. La quantité n'entre pas en lice, seul le mystère de la qualité s'impose. C'est pourquoi les oeuvres du XIIe siècle sont durables. Elles conservent un sceau d'éternité qui transcende le temps. Certes, l'homme roman nourrit la hantise de son propre salut, mais il se sait frère d'un grand nombre d'hommes : ceux qui partagent sa foi.

[fin de l'extrait]//////////////////////////////////////////////////////////////////////
Autres extraits de même ouvrage : 
Symbolique romane / symboles profanes (chap. La Symbolique) [#
La vie comme pélerinage
(carte Le Mat) [#]
[DOIGT DE DIEU] dans l'art roman (carte II La Papesse) [#]
L'attrait de Rome au Moyen Age roman (carte IV L'Empereur) [#
Les sens de l'esprit
(carte XII Le Pendu)   [#]
[AILE] dans l'art roman (carte XIV Tempérance) [#]
[TOUR] Allégorie de l'Eglise (carte XVI Maison Dieu) [#
Toujours vierge et toujours mère
(carte XVII L'Etoile) [#] 
La symbolique du soleil 
(carte XVIIII) [#
Nuée
(carte XX Le Jugement) [#
Les quatre animaux
(carte XXI Le Monde) [#]
Le rôle des couleurs dans l'esthétique romane (carte Couleurs) [#]
[CHEVAL] [CHAR] dans l'art roman (carte Plantes & Animaux) [#]

 

L  I  E  N  S

 

L'AUTEUR DU TEXTE : Marie Madeleine DAVY (1903-1998)
fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Madeleine_Davy 
www.europsy.org/pmmdavy/index.htm

PERSONNAGES CITES :
SAINT AUGUSTIN (354-430) Docteur de l'Eglise, évêque d'Hippone :
www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/saint_Augustin/106707

www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/augustin/index.htm
www.patristique.org/-Augustin-d-Hippone,48-.html

St BERNARD DE CLAIRVAUX (+1153) : www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Bernard/108544
GUILLAUME DE CHAMPEAUX (+1121) philosophe scolastique : www.cosmovisions.com/Champeaux.htm