II LA PAPESSE (sommaire) [#]
Recherches personnelles (sommaire) [#]

 article précédent : ----->  Les abbesses : (1) Un pouvoir [#]

 

Portraits individuels d'Abbesses

 

Bienheureuse AGNES DE PRAGUE, Clarisse  (1211-1282) ..................................................... 2 mars


Ste Agnes soignant un malade 1482 wikimedia
Maître de Bohême :  Ste Agnès de Bohême soignant un malade (détail) , 1482
PRAGUE (Tchéquie), Galerie Nationale  

Princesse, fille du roi de Bohême, nièce de sainte Edwige et (par sa mère) cousine germaine de Ste Elisabeth de Hongrie (+ 1231). Anezka  est présentée très jeune à la cour de Vienne. D'abord fiancée à Henri, fils de l'empereur, puis au roi d'Angleterre, la jeune princesse refuse encore d'épouser l'empereur Frédéric II devenu veuf. Fondatrice d'un hôpital (l'hôpital St François), d'une confrérie annexe (les Porte-croix de l'Etoile Rouge), et d'un monastère de Clarisses à Prague (Tchéquie), le premier au Nord des Alpes.

Avec l'appui du pape Grégoire IX, elle fait profession solennelle en 1234 dans le couvent qu'elle avait fondé. Elue abbesse, elle entretint, sans jamais la rencontrer, une grande amitié avec Sainte Claire. Celle-ci lui envoya cinq clarisses pour que la fondation respecte l'esprit des Pauvres Dames. On connaît encore les lettres qu'Agnès reçut de Claire pour l'encourager sur la voie choisie.

Le couvent de Prague est le seul, en-dehors d'Assise, à respecter encore aujourd'hui la règle de totale pauvreté et non propriété rédigée par Sainte Claire.

Béatifiée en 1874, canonisée en 1989 par Jean-Paul II.

LIENS :
www.nouvl.evangelisation.free.fr/agnes_boheme.htm
gsf.over-blog.com/article-ste-agnes-de-prague-39208249.html
www.digital-guide.cz/fr/realie/histoire-religieuse/les-croises-a-letoile-rouge/
www.newadvent.org/cathen/01213b.htm (en anglais)
www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/1989/documents/hf_jp-ii_hom_19891112_due-canonizzazioni_it.html (homélie de canonisation, en italien)


Sainte AURE (+ 666) ........................................................................................................  4 octobre

St Aure fresque XVIIe eglise romane de Tohogne BeSainte Aure, peinture murale du XVIIe s.
Eglise romane (XIe s.) de TOHOGNE, Wallonie, Belgique

Vers l’an 630, sainte Aure (ou Aurea), Syrienne de naissance, se rendit en France. Sa vertu était telle que, quand saint Eloi eut fondé à PARIS (en 633), le monastère colombaniste  de Saint-Martial (actuelle rue Braque), il choisit Aure pour gouverner les trois cents religieuses qui y prirent le voile. Elle devint ainsi la première abbesse de l’Abbaye.

Sainte Aure fut le modèle de sa communauté qu’elle gouverna durant trente-trois ans (avec autant de prudence que de sainteté, dit une ancienne chronique). Un an avant sa mort, elle eut une vision dans laquelle saint Eloi, mort depuis six ans, l’avertissait de se préparer à quitter ce monde. Elle fut emportée par la peste (avec cent soixante de ses religieuses) le 4 octobre 666. Toutes furent enterrées dans le cimetière jouxtant l’église Saint-Paul que saint Eloi avait destiné à la sépulture de la communauté.

Une chapelle est consacrée à sainte Aure, rue de Neuilly, à Paris dans le XIIe. On y conserve ses reliques, ainsi que celles de saint Eloi et de saint Ouen.
Sources citées : « Dictionnaire hagiographique, vies des saints et des bienheureux » par l’Abbé Pétin, T.1 Paris 1850

LIENS :

fr.wikipedia.org/wiki/Aure_de_Paris
www.amisaintcolomban.net/attachments/File/Patrimoine_colombanien/saints/17_Aure_sainte.pdf

 

 

 

Beata Giovanna Maria Bonomo (Asiago, 15/8/1606 - Bassano, 1/3/1670) ..................... 1er mars

Maria Giovanna Bonomo tableau comite du 4e centenaireTableau baroque (image du site du Quadricentenaire de la Sainte)

Mystique italienne, stigmatisée, Maria BONOMO est née à ASIAGO dans la province de VICENZA. Orpheline de mère très jeune, elle fut éduquée à partir de l'âge de neuf ans chez les Clarisses de TRENTE. Elle entre à quinze ans chez les Bénédictines de Saint-Jérôme (couvent de San Girolamo) à BASSANO DEL GRAPPA. Elle ajouta Giovanna à son prénom en hommage à son père, qui avait mis deux ans à accepter sa vocation religieuse. Elle reçut les stigmates en 1632, et pria beaucoup pour qu'ils deviennent invisibles. Giovanna Maria fut élue abbesse de son monastère en 1652.

Béatifiée en 1783 par Pie VI, elle est depuis lors la patronne du Veneto (Vénétie).

LIENS :
nouvl.evangelisation.free.fr/giovanna_maria_bonomo.htm
www.santiebeati.it/dettaglio/92489
www.procampolongosb.org/1/beata-maria-giovanna-bonomo/

 

 

 

 

 

L  I  E  N  S 

 

POINT BIBLIOGRAPHIQUE PASSIONNANT :
Paulette L’HERMITE LECLERCQ, « Les femmes dans la vie religieuse au Moyen Âge. Un bref bilan bibliographique », 
Clio, numéro 8-1998,Georges Duby et l'histoire des femmes, [En ligne], mis en ligne le 03 juin 2005. URL : http://clio.revues.org/index323.html. Consulté le 30 octobre 2011.

ILLUSTRATIONS :

Maître de Bohême : sainte Agnès soignant un malade (détail), 1482, PRAGUE (Galerie Nationale)
upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/06/Sveta_Anezka.jpg

Sainte Aure, peinture murale du XVIIe siècle, église de TOHOGNE (Wallonie) :
www.eglise-romane-tohogne.be/expos/expo_visages.html#a

Giovanna Maria Bonomo, peinture baroque (aucune indication d'auteur ou de localisation du tableau)
source du cliché : www.librari.beniculturali.it/opencms/export/sites/dgbid/it/immagini/beataDipinto.jpg