XVI MAISON-DIEV [#] Rech. personnelles [#]
[TOUR] iconographie : [#][#][#][#][#][#][#][#]
[TOUR] textes : [#][#][#][#][#][#][#]

Sylvain GOUGUENHEIM : Regards sur le Moyen Age, Taillandier 2009
[extrait pp. 74 - 81]////////////////////////////////////////////////////////////////
chapitre 7 : Forteresses de pierre : les châteaux au Moyen Age

Les châteaux ne correspondent qu'à une partie de la période médiévale. Ils furent précédés par les palais des temps carolingiens, que l'on rencontrait encore en Normandie (Fécamp) ou en Angleterre au Xème siècle. Leur mission et donc leur efficacité défensive étaient minimes. Le Xe siècle voit apparaître un élément nouveau, appelé castellum, castrum, Burg : le château médiéval de nos livres d'école. Ces édifices n'ont pas tous survécu, loin de là [...]

Les premiers châteaux du Xe siècle furent de simples TOURS DE BOIS RECTANGULAIRES, hautes de 15 à 25 mètres, érigées parfois en plaine, le plus souvent à mi-pente ou au sommet de pitons (le Rocher des deux Vierges au-dessus de Lodève).

Saint-Sylvain-d'Anjou     Le-Puy-du-Faou                            Schéma de motte castrale
wikipedia                        blogspot.com                                geocoaching.com

450px-Saint-Sylvain_dAnjoudonjon de motte reconstituée au Puy du Fou

schema de motte-geocoachingdotcom

 

 

 

 

P1ch1new_html_m2d91658eBeaucoup furent dressés au sommet de levées artificielles, hautes d'une dizaine, voire d'une vingtaine de mètres. Ces "mottes" de terre amoncelée étaient parfois entourées d'une palissade; le château à motte a ainsi l'allure d'un tertre circulaire fortifié, entouré d'un fossé.

Illustr. : Schéma d'une motte castrale au Xe siècle
www.ind-philippeville.be/berlemont/P1ch1new.html

 

 

La plate-forme sommitale dépassait rarement les 30 mètres de diamètre; le plus souvent elle se limitait à une dizaine de mètres (celle de Gisors est l'une des plus grandes), tandis que la base pouvait atteindre cent mètres de diamètre.

LA POUËZE (M.&L.)                   HAGEDET (plate-forme sommitale)              GISORS

LA POUEZE MetL-motte castraleHAGEDET-plate-forme sommitale de la motteGISORS motte castrale

 

 

 

 

 

WISTON CASTLE (South Wales) :  la motte, le fossé               TWTHILL CASTLE (North Wales)wiston castle South Wales 2 wiston castleSouthWalestwthill castle Wales               

 

 

 

GISORS-chateauxmedievauxdotcom

 

 

 

 

GISORS (Eure)
France

capitale du Vexin normand

La motte castrale
et son donjon
(vue aérienne)

source :
chateauxmedievaux.org

 

 

Les tours, souvent simples ouvrages de guet, comportaient à l'occasion plusieurs étages et servaient alors de RESIDENCE TEMPORAIRE.

ARDRES - Carte de Cassini -  www.gencom.org Carte de Cassini source BNF

Vers 1120, celle d'Ardres en Flandre comportait quatre niveaux : un rez-de-chaussée enchâssé dans la terre et faisant office de cellier et de magasin à grains, surmonté d'un étage composé d'une grande salle et de la chambre du seigneur. Venaient au-dessus la pièce réservée aux enfants du couple seigneurial et celles attribuées aux hommes de garde. Enfin, surmontant l'ensemble, une chapelle était réservée au maître de la tour.

 

Une telle répartition était loin d'être la norme : le donjon constituait souvent à la fois une habitation occasionnelle et une forteresse dont la garde était confiée aux milites castri, ces soldats, vassaux ou simples ministériaux au service du seigneur. Le bas de la motte pouvait abriter des écuries, à l'abri de la palissade, des bâtiments d'exploitation, mais les formes ouvertes et dispersées étaient encore nombreuses autour de l'an mil. Peu à peu, au cours du XIe siècle, les châteaux à motte regroupèrent les populations à leurs pieds et constituèrent des centres de peuplement, des bourgs castraux.

ST CLEAR CASTLE                      Assaut de la motte de DINAN (Côtes d'Armor), France
Carmarthenshire (Wales)           Tapisserie de Bayeux
www.chateauxmedievaux.com   www.ecole.lambda.free.fr

St Clear castle-carmarthenshire-Wales

Tapisserie de Bayeux-attaque motte de Dinan



 

 

 

 

 

 

On imagine le château fort fait d'un seul bloc : un ensemble massif et compact qui abrite et manifeste la puissance seigneuriale. Mais le castrum des Xe et XIe siècles, bien que formant déjà un centre de pouvoir, était rarement une unité monumentale et topographique : il se composait en général de PLUSIEURS BATIMENTS DISPERSES, parfois assez éloignés les uns des autres. La fonction militaire pouvait être associée à celle de résidence, elle pouvait aussi en être disjointe.
-----> palais extensifs [#]

Nous sommes habitués à voir rassemblés l'espace de réception (aula), la chambre seigneuriale (camera), la chapelle (capella) et le donjon, mais c'est là une image correspondant aux bâtisses du XIIIe siècle. Car le seigneur n'était pas qu'un combattant, il était aussi un producteur, qui avait besoin de surveiller et de parcourir ses domaines. Il pouvait donc disposer de plusieurs résidences fortifiées. Le donjon-refuge, souvent installé à l'écart, n'était habité qu'en cas de danger. En des périodes plus calmes, on résidait dans la maison qui servait de centre d'exploitation, telles celles retrouvées sur les rives du lac Paladru à Colletières. [...] La concentration de l'habitat et la jonction topographique des divers éléments se firent à partir de la fin du XIe siècle. Cette densification accompagna celle du pouvoir seigneurial et princier [...].

 CASTEL DEL MONTE puglia-2010-r-1041                                                              CASTEL DEL MONTE - wordpress.com

Certaines constructions sont restées célèbres pour leur originalité, ainsi l'énigmatique ouvrage édifié par Frédéric II dans les Pouilles, à Castel del Monte, dans la première moitié du XIIIe siècle. Son plan, un octogone serti de huit tours elles-mêmes octogonales, est unique. Il se déploie sur deux étages.[...] C'est un monolithe isolé en hauteur, qui impose une étrange présence. Loin de tout centre actif, situé à 70 km à l'ouest de Bari, il ne pouvait guère avoir de fonction militaire. Frédéric II, qui n'y a peut-être jamais mis les pieds, voulut-il en faire une résidence de chasse ou marquer le paysage du symbole de son pouvoir quasi absolu et ancré dans la tradition impériale et romaine ?

Du XIe au XIIIe siècle, les royaumes et les principautés se sont ainsi couverts de forteresses, dont le nombre dépasse les 20 000 pour le seul royaume d'Allemagne. Le comte de Champagne, au XIIIe siècle, disposait d'une trentaine de châteaux. L'Ordre Teutonique en a érigé une soixantaine en Prusse [...].

PERPIGNAN, Castillet                TARASCON, le Fort
blogspot.com                             jeux.kervicar.com

Perpignan Le Castillet-Perpignan- blogspotdotcomTarascon - jeux-kervicardotcomAu cours du XIVe siècle, en raison de la guerre de Cent Ans, les châteaux forts connaissent une nouvelle évolution : les portes se transforment en châtelets, dotés d'un pont-levis et d'une herse (Castellet de Perpignan), les mâchicoulis de pierre s'imposent, les meurtrières s'adaptent aux arbalètes et adoptent des fentes de visée horizontales. La fin du siècle voit se développer des châteaux à niveau sommital unique : les tours sont couvertes de terrasses qui se prolongent le long des murs, nivelant l'ensemble du fort (Tarascon).
-----> autre mention de Tarascon [#]

BASSOUES (Gers), Donjon                                              Château d'ALLEUZES (Cantal)
(c) camelia www.fond-ecran-image.com                       www.flickr.com (c) CODYFAN1

donjon-de-BASSOUES-Gers-cameliachateau ALLEUZES Cantal-flickrDe nouveaux DONJONS se font également jour, avec un puissant corps central, épaulé de tours cylindriques aux angles (Bassoues dans le Gers, Alleuzes dans le Cantal). [...]

 

 

 

 

 

Passé l'an mil, il n'y a plus guère en Europe latine de pouvoir sans château. Celui-ci est d'abord un REFUGE. Ensuite il sert de POINT D'APPUI AU POUVOIR seigneurial ou princier, il affiche la puissance du maître de la terre et permet de contrôler une région, devenant à la fois poste de commande et centre de pouvoir. Il sert en outre de RESERVE pour les produits alimentaires, les armes et les précieuses archives. [...]

Le droit de construire des forteresses faisait partie des prérogatives royales, mais les châteaux étant des enjeux de pouvoir, l'expression de rapports de force concurrents, ce droit fut l'objet d'âpres rivalités. Il fut peu à peu exercé par les princes territoriaux, puis par les simples seigneurs, soit par usurpation, soit à la suite d'une autorisation royale. [...] Aucun roi ni aucun prince territorial ne pouvait cependant tolérer la prolifération incontrôlée de ces ouvrages fortifiés. Dès le premier âge féodal, les ducs de Normandie, les comtes de Flandre ou d'Anjou veillèrent à retenir la fièvre constructrice de leurs vassaux. Partout, on DEFINIT ET DELIMITA LE DROIT DE CONSTRUCTION.
-------> la tour, monopole royal [#]

 

Marque de la puissance princière, pourvoyeur en retour de puissance, le château fort médiéval est l'image et l'outil de la souveraineté territoriale. Il peut n'être qu'une maison éphémère ou liée à des activités intermittentes : l'évêque d'Auxerre Héribert fit construire des forteresses dans la première moitié du XIe siècle uniquement pour pouvoir se livrer aux plaisirs de la chasse. [...] On ne doit pas oublier que le mode de vie de l'aristocratie - à commencer par celui des rois - était itinérant, réparti en un grand nombre de résidences. [...]  

La notion de capitale, de centre fixe de pouvoir, n'émergea qu'au cours des XIIe et XIIIe siècles. [...] Ce maillage de pierres du territoire est donc le fruit de dizaines d'années d'effort continu, mais n'est pas nécessairement l'aboutissement d'un programme planifié. Il y eut ainsi cristallisation progressive, densification du contrôle de l'espace au fur et à mesure de l'extension de la puissance princière. [...] Ces murailles et ces tours sont devenues les garantes et les symboles de l'autorité publique, associant les fonctions de commandement, de résidence, de défense et de production.  [...]
-----> les trois fonctions de la tour, cf [#]

Le château de pierre est le pendant de la cathédrale, symboles d'une société qui bâtissait pour le long terme et visait à l'équilibre et à la conservation.


Bibliographie :
Georges BISCHOFF, "Châteaux forts et résidences : outils et lieux du pouvoir princier" dans Bernard DEMOTZ, Les principautés dans l'Occident médiéval : à l'origine des régions, Turnhout, Brepols, 2007, p.143-206.
Michel BUR, Le Château (Typologie des sources occidentales du Moyen Age) Turnhout, Brepols, 1999
André CHÂTELAIN, Châteaux forts, images de pierre des guerres médiévales, Paris, Remparts, 2e édition, 1987.
Philippe CONTAMINE, La Guerre au Moyen Age, Paris, Nouvelle Clio, 3e éd., 1992.

[fin de citation] //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Du même auteur, même ouvrage :
[#] La Légende de l'empereur Charlemagne (carte IV L'Empereur)
[#] Le sacre des rois et des empereurs (carte IV L'Empereur)

[#] Femmes, pouvoir, Moyen Age (carte III L'Impératrice)


L  I  E  N  S 

CHATEAUX (article général) : www.larousse.fr/encyclopedie/nom-commun-nom/ch%C3%A2teau/32930

LES MOTTES CASTRALES :
Histoire des mottes castrales (clair et complet) : fr.academic.ru/dic.nsf/frwiki/1192520
Mottes au pays de Galles (en Anglais) : www.castlewales.com/motte.html
Histoire des châteaux forts : brevehistoire.free.fr/Histoire/ActHist5_chateau1.htm
Mottes (belles photos) : histoire-des-arts.over-blog.org/pages/Chateaux_du_MoyenAge-2850572.html
Photos aériennes de traces gauloises et carolingiennes : www.limousin-archeo-aero.fr

AUTRES LIEUX CITES :
Palais carolingien de FECAMP :
www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1982_num_126_1_13903
Fouilles du site de Colletières :
www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/charavines/fr/fouille.htm
www.futura-sciences.com/fr/doc/t/geographie/d/tourisme-en-isere_984/c3/221/p4/

PERSONNAGES CITES :
Chevaliers de l'Ordre teutonique : www.newadvent.org/cathen/14541b.htm
Comtes de Champagne : lamop-intranet.univ-paris1.fr/baudin/comtes/comtes.htm
Frédéric II (1194-1250) :
www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_II/120272
Heribert, évêque d'Auxerre (+996) : fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9ribert_d'Auxerre

 

ILLUSTRATIONS