Brillant exposé de l'historien Ivan GOBRY sur les débuts du monachisme chrétien, qui permet de préciser le sens de tous ces mots "techniques" : ermites, moines, ascètes, anachorètes, cénobites ...

carte VIIII L'HERMITE [#]

Ivan GOBRY : La civilisation médiévale TAILLANDIER 1999 ISBN  2-235-02211-1
[extrait pp. 278 sq.] //////////////////////////////////////////////////////////////////

Moines

Le MONACHISME (état de vie des moines)a été le plus grand phénomène spirituel du Moyen Age, qui a baigné toute sa civilisation. Il plonge ses racines dans les profondeurs de l'Antiquité chrétienne, [...] a couvert l'Europe, et s'est sans cesse renouvelé sous les formes les plus diverses. Il est né en Orient, parce que l'Orient est le berceau du christianisme et, répandu dès le Moyen Age ancien en Occident, y a gardé la même inspiration qu'à ses origines. La pensée monastique [...] provient du même idéal de sainteté que dans l'ensemble de l'Eglise; elle est inspirée par le même esprit que les formes séculières, qui sont d'ailleurs toutes proches d'elles; l'EREMITISME, notamment, est le point de départ du cénobistisme, qui se forme plus tardivement; et quand, à partir du Moyen Age ancien, le monachisme est constitué par le seul CENOBITISME (c'est-à-dire par la vie communautaire régie par une règle), l'érémitisme demeure comme un rameau détaché, vécu par les séculiers qui n'ont, au contraire des moines, ni règles, ni voeux, ni supérieurs. [...]
------> statut des ermites, cf. Dom Gougaud :  Erémitisme (1) [#

La différence fondamentale qui existe entre le moine chrétien et les ascètes d'autres religions, notamment le bouddhisme, c'est l'idéal visé. Les moines chrétiens, à quelque ordre et quelque siècle qu'ils appartiennent, ont ceci d'essentiel qu'ils ont voulu reproduire en eux les traits de Jésus-Christ. Ils obéissent à l'injonction de saint Paul : "Soyez des imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés. Marchez dans la charité à l'exemple du Christ". (Ephésiens, V, v. 1-2) Et ce qu'il y a de spécifiquement remarquable dans le projet du moine, c'est son imitation du Christ souffrant.  [...]

L'idéal du "désert"

Après la victoire de Constantin et son édit de tolérance (Milan, 313), les persécutions cessaient soudain, les chrétiens ne pouvaient plus être livrés à la mort pour leur Dieu ni lui donner la preuve suprême de leur amour. [...] Durant les persécutions, les chrétiens vivaient une vie humiliée; ils étaient écartés des fonctions honorifiques, méprisés, relégués, spoliés; séparés de l'ensemble de la population païenne, ils formaient des communautés hétérogènes, étroites et ferventes. Quand les chrétiens ne furent plus humiliés et menacés, leur nombre s'amplifia, et du même coup leur qualité régressa.  Les nouveaux chrétiens [...] promus aux honneurs, enivrés par les agréments de la cour [...] formèrent des communautés décadentes, et les plus fervents ne reconnurent plus l'esprit de l'Evangile.
------> Constantin, empereur et chrétien [#]

De là naquit l'idéal du DESERT, qui représenta, autant que l'idéal du martyre, l'un des traits essentiels du monachisme : c'est là seulement, à l'écart de la foule qui distrait et des plaisirs factices, que l'âme peut librement s'occuper de Dieu seul. Aussi vit-on, dès le IVe siècle, les déserts d'Egypte et de Palestine se peupler d'hommes, et même de femmes, qui [...] y trouvaient le lieu propice à y exercer les vertus évangéliques. Au désert, l'occupation principale du moine est d'abord ce qu'elle restera dans les communautés cénobitiques, mais rigoureusement organisée : la prière. La PRIERE sous ses diverses formes : prière biblique, mais aussi lecture méditée de l'Ecriture, et élans muets de l'âme vers Dieu.  

Ce qui fit la réputation, aux yeux du monde, des moines d'Orient, ce fut, beaucoup plus que leur permanente prière, leur effrayante ASCESE. Et d'abord par le jeûne, qu'ils poussaient jusqu'aux limites des possibilités humaines. Le plus grand nombre, durant une longue vie , [...] se nourrissait, pour tout ordinaire, soit d'un petit pain, soit de légumes cuits à l'eau, soit même d'herbes et de racines, cet unique repas ayant lieu en milieu d'après-midi. L'abbé Elie, supérieur d'un groupe d'anachorètes d'Antinoé, dans la moyenne vallée du Nil, ne faisait qu'un repas par semaine, qui consistait en quelques bouchées de nourriture; l'abbé Apollo, en Thébaïde, se contentait d'une collation dominicale, faite d'herbes qu'il cueillait le long du chemin. Une autre privation était celle du sommeil, que les moines arrivaient à réduire à quelques heures, entre le coucher et le réveil nocturne pour les vigiles, appelées ensuite en Occident matines. Enfin, une pénitence plus variée, assortie aux occupations et aux forces de chacun, était le travail, qui consistait pour les uns à tresser des nattes ou des corbeilles, pour d'autres à puiser de l'eau loin de leur habitat ou transporter de lourdes pierres pour bâtir des cellules ou un oratoire.
------> plus de détails dans Dom Gougaud, Erémitisme (5) L'ascétisme, cf. [#]


Les ascètes de ville, les tout premiers solitaires

En fait, le monachisme, sous des formes larvées, s'est manifesté bien avant la fin des persécutions, qui de toute façon ne se sont pas exercées continûment, ni sur toute la surface de l'Empire. Les premiers moines ont été certainement les ascètes, dits encore continents, qu'on trouve dès le IIe siècle, et peut-être avant. C'étaient des hommes qui se retiraient à l'écart des villes ou des bourgs pour y mener une vie pauvre, mortifiée, laborieuse et priante, en méditant l'Evangile. Ce sont eux qui, effectivement, ont été les premiers désignés par le nom de moines. C'est ainsi qu'en atteste le vieil ermite d'Egypte, Piammon, dont Cassien a écouté les leçons au fond de son désert : "Comme ces hommes s'abstenaient du mariage et se tenaient à l'écart de leur famille et du monde, on les appela monachoï, à cause de cette existence solitaire et sans famille."
------> Textes de CASSIEN dans le blog : pieds nus [#] - capuchon [#] - Symbolisme des vêtements pour les ermites du désert [#] - La paresse qui guette le solitaire [#]

L'ermite donne donc au mot sa double signification : solitaire et célibataire, deux façons d'être seul. 

Au IIIe siècle, ce type d'homme consacré à Dieu est répandu dans tout l'Orient. Il est reconnu officiellement par l'Eglise, porte un habit distinctif, différent de l'habit clérical, et tient une place d'honneur dans les cérémonies religieuses. Il suivait d'ailleurs assidûment les offices dans la cathédrale ou dans une basilique, ce qui lui faisait préférer habituellement la ville. L'un des plus éminents des Pères de l'Eglise, Origène d'Alexandrie (+253), commença par être ascète avant d'être clerc.


 

 

Anachorètes, les solitaires à l'écart

L'anachorète, lui (du verbe grec anachoreo : s'écarter, se retirer) était au contraire celui qui vivait loin des lieux habités. Il se regroupait habituellement avec d'autres en une colonie éparse, occupant des abris divers éloignés de centaines de mètres les uns des autres, chacun ayant son mode d'habitat, son rythme de vie, ses heures de prière, son type d'habit. Ils se fréquentaient peu, se retrouvant soit pour s'édifier par des sentences, soit pour se secourir, soit pour former des disciples, soit pour assister en commun à un office liturgique pour lequel ils parcouraient une longue distance. Ces colonies portaient en Palestine le nom de laures.
-------> définition des "Laures" dans le Glossaire byzantin du blog, cf. [#]

 

Cénobites : en commun sous la même règle

Les cénobites vivaient en commun, dans les mêmes bâtiments, obéissant à la même règle et à un même supérieur, célébrant les offices au choeur. Ce fut chez les hommes la forme la plus tardive du monachisme; saint Pakhôme, qui passe pour avoir promulgué la première règle cénobitique, a fondé son premier grand monastère dans la vallée du Nil en 324. Mais on trouve des traces de monastères féminins antérieurs. [...] Les actes du martyre de saint Galaction et de sainte Epistème son épouse, suppliciés sous Dèce en 253, rapporte que, lorsqu'ils arrivèrent dans la presqu'île du Sinaï, ils trouvèrent une dizaine d'anachorètes et un monastère de femmes.

Les moines du Moyen Age occidental connaissaient fort bien la vie et les règles de leurs devanciers de l'Orient, grâce à des sources assez abondantes, presque toutes traduites du grec en latin.

[fin de citation] ///////////////////////////////////////////////////////////////////////
Même ouvrage, autres extraits :
Cartes de Cavaliers : Chevalerie et trêve de Dieu  [#]
Cartes de Deniers : Brève histoire de la monnaie  [#]
Carte II LA PAPESSE : [LIVRE] Bible chrétienne [#]

Carte V LE PAPE : Papes et empereurs à Ferrare/Florence [#]
Carte IX L'ERMITE : Rapports ermites/pèlerins/moines [#] - St Romuald [#] - autres ermites fondateurs d'ordres en Italie [#]

 

L  I  E  N  S 

PERSONNAGES CITES :
abbé Apollo (à Hermopolis, mention dans un superbe article récapitulatif d'Ivan GOBRY) :
www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/le_monachisme_chretien_en_orient.asp
Abbé Elie :
Jean CASSIEN (ca 360 - ca 433), fondateur du monastère de Saint-Victor à Marseille :
fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Cassien
www.universalis.fr/encyclopedie/jean-cassien/

empereur romain CONSTANTIN (271/273 - 337) :
www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Constantin_I_er_le_Grand/114483
www.roman-emperors.org/conniei.htm
empereur romain DECE :
www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Decius/115895
www.roman-emperors.org/decius.htm

ORIGENE D'ALEXANDRIE (+253) :
www.patristique.org/Benoit-XVI-catechese-sur-Origene.html
www.newadvent.org/cathen/11306b.htm
(en anglais)
saint PAKHOME Pacôme (+346) premier fondateur de monastère avec une règle :
nominis.cef.fr/contenus/saint/1127/Saint-Pacome-le-Grand.html
www.franceculture.fr/emission-orthodoxie-saint-jean-cassien-un-passeur-entre-l-orient-et-l-occident-2011-03-13.html
www.newadvent.org/cathen/11381a.htm
(en anglais)
PERES de l'Eglise : www.patristique.org
PIAMMON/ saint Poëmon, ermite dans l'île de Diolcos en Basse-Egypte (mention de ses reliques à Duravel, Lot) :
www.paroissedegazeran-catholique-yvelines.cef.fr/eglises/eglise_st_hilarion_photo.htm

FAITS ET CONCEPTS CITES :
ascète : www.cnrtl.fr/definition/asc%C3%A8te
cénobite : www.cnrtl.fr/definition/c%C3%A9nobite
ermite : www.cnrtl.fr/definition/ermite
le monachisme [état de moine] en général, dont l'érémitisme :
www.larousse.fr/encyclopedie/divers/monachisme/71015 (en français)
www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/le_monachisme_chretien_en_orient.asp (en français)
www.newadvent.org/cathen/10459a.htm (en anglais)
Empire romain :
histoire du Bas-Empire : www.histoire-fr.com/rome_bas_empire_1.htm
la vision de l'Empire de Paul Veyne (interview 2005) : histoireparis8.canalblog.com/archives/2006/05/28/1978791.html

LIEUX CITES :
Antinoë : fr.wikipedia.org/wiki/Antinoupolis
Thébaïde (région de Thèbes, en Egypte) : fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9ba%C3%AFde_%28%C3%89gypte%29