Lexique historique du Moyen Age, René FEDOU (dir.) 
ARMAND COLIN 1980, 1989 2e édition
[Extraits] /////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Valet
1. Jeune homme qui apprend le métier des armes.
    Au service d'un chevalier [*], il l'assiste, en particulier, au combat.
2. Celui qui, ayant appris un métier, l'exerce au service d'un maître. On dit aussi : compagnon.

[*]
Chevalier (en latin médiéval : miles, le soldat par excellence)
Homme d'armes à cheval, pourvu de l'armure complète et de plusieurs chevaux, vassal, [chasé (investi d'un fief) ou non], d'un seigneur à qui il doit le service armé. A partir du XIIe siècle, la chevalerie devient de plus en plus une caste dans laquelle on entre par adoubement et qui tend à se confondre avec la noblesse, non sans variantes dans le temps et dans l'espace.
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Hilaire Van DAELE Petit Dictionnaire de l'Ancien Français, 1901
[Extrait] ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Valet, voir Vaslet 
Vaslet (Vassal + ittu), variantes : varlet, vallet,valet, vadlez;
substantif masculin : jeune gentilhomme - écuyer - serviteur 
Vassal (bas latin Vassalu), variantes orthographiques : vasal, cas en s : vassaus;
substantif masculin : homme noble et vaillant - chevalier; adjectif : vaillant, brave
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 

 

Emile LITTRE : Dictionnaire de la Langue Française 1872-77
[Extrait] ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////
VALET.1 [...] s. m.

1. Celui qui est en service auprès d'une personne. Valet d'écurie. Valet d'étable. Valet de louage. [...] 

2. Valet a pris un sens qui a quelque chose de défavorable ; aussi ne dit-on guère que domestique ou serviteur, excepté dans les emplois suivants qui sont consacrés.

     
Valet de ferme. Valet de charrue.
      Valet de pied, homme de livrée qui suit à pied les souverains, les princes, les ambassadeurs dans les

      cérémonies. Les grands valets de pied. Les petits valets de pied. [cf. valet de trèfle au §6]
      Maître valet, celui qui, dans une terre ou dans une ferme, a autorité sur les autres domestiques.
      Valet de place, dans les villes, se met temporairement au service des voyageurs, des étrangers.
      Valet à louer, domestique qui n'a plus de maître. 
      Fig. Valet à louer, homme qui a perdu son emploi et qui en cherche un autre. 
      Valet de comédie, valet adroit et propre à l'intrigue qu'on voit figurer dans beaucoup de
      comédies. Tenir l'emploi des valets. Jouer les valets. 

3. Dénomination attribuée à certains offices inférieurs dans la maison des souverains, des princes et dans les grandes maisons.

    Valet de garde-robe. 
      Valets de chiens, gens que l'on charge de nourrir les chiens, de les exercer, etc.  [...]

4. Valet de bourreau, celui qui aide le bourreau dans son office.

5. En un sens défavorable, et en ne tenant compte que des défauts attribués aux valets.

    J. J. ROUSSEAU, Ém. II : Loin de la canaille des valets, les derniers des hommes après leurs maîtres.
     J. J. ROUSSEAU, Lett. à M. de Chauvel. Corresp. t. VI, p. 351, dans POUGENS.:
     Bien qu'eux et moi
fussions ses domestiques, il ne s'en suit point que nous fussions ses valets.
     Âme de valet, âme basse. 
     Se conduire en valet, faire le plat valet, le bas valet, avoir des habitudes, des complaisances serviles.
     Fig. Homme servile, sans indépendance.
     RETZ, Mém. t. I, liv. II, p. 133 : La pourpre ne l'empêcha pas de demeurer valet sous Richelieu
     SAINT-SIMON, 196, 119 : Le maréchal de Noailles, le plus valet de tous les hommes.

6. Terme de jeu de cartes. Les cartes sur lesquelles est peinte la figure d'un valet.

      Valet de coeur. Valet de carreau. Valet de pique. Valet de trèfle.
      REGNARD, le Joueur. III, 4: Ce nom [Richard] n'étant point fait du tout à la propice D'un valet de
      joueur, je me suis de nouveau Donné celui d'Hector, du valet de carreau 

      A. DUVAL, Trente et quar. sc. 10: Eh ! mon ami, c'est un maudit valet de coeur qui m'a enlevé ma belle jument!
      Insolent comme un valet de trèfle, voy. TRÈFLE. [Très insolent; locution provenue d'un jeu de cartes, la
      mouche, où le valet de trèfle est maître.]

      Valet de carreau Fig. et familièrement. , homme qui ne mérite point de considération.
      On le reçut comme un valet de carreau.  MOLIERE, Dép. amour. IV, 2:
      Et Marinette aussi d'un dédaigneux museau Lâchant un laissez-moi, beau valet de carreau. 

Bibl. des ch. 6e série, t. II, p. 20 : Valet de carreau est devenu un terme d'injure, sans doute parce que, dans les anciens jeux de cartes du commencement du XVIIe siècle, ce valet porte la qualité de valet de chasse, tandis que le valet de pique est dit valet de noblesse, le valet de coeur, valet de cour, et le valet de trèfle, valet de pied [...]

-----> cf. dans le blog Valet d'Epées : iconographie [#]

ÉTYMOLOGIE
Berry et Basse-Normandie, vâlet, domestique de ferme ; bourguig. vaulô ;
wallon, valet, garçon qui n'est pas marié, vârlet, domestique ;
génev. terme d'amitié qu'on donne aux petits garçons : viens, mon valet, que je t'embrasse ;
provenç. vaslet, vaylet, vallet ; diminutif du bas-lat. vassus, vassal (voy. ce mot).
Dans quelques provinces, les bergères disent à leur chien : viens, mon valet.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE 1. VALET. Ajoutez :

17. Dans le moyen âge et parmi les corporations ouvrières, nom de l'apprenti qui devenait ouvrier. 

OCTAVE NOËL, Journ. offic. 6 mars 1877, p. 1718, 2e col.: Après la rude épreuve de l'apprentissage, l'apprenti devenait valet ; à partir de ce moment, il était émancipé

[Fin de citation] //////////////////////////////////////////////////////////////////

L  I  E  N  S