Cartes de Cavaliers (Sommaire) [#]
Carte VII LE CHARIOT (sommaire) [#]
Objets & Outils (sommaire) [#]

Voici un CAVALIER DE BATONS inattendu ... au hasard d'un traité médiéval du jeu d'échecs bien connu. Le texte de l'historien Michel Pastoureau, cité ci-dessous, explique comment cette pièce du jeu d'échecs était à l'origine un  [CHAR], appelé "roch" en Europe et devenu finalement la [TOUR]...

Jacobus de CESSULIS : Le Jeu des Echecs moralisé  (3e quart du XIVe siècle)
Jean Fréron, trad. - Jean de Vernay trad. - orig. Paris - Rubrique : "Ci dit des rochs".
Personnage à cheval, coiffé d'un bonnet parti rouge et blanc, un bâton à la main.

Bibl. Municip. de DIJON, Ms 0268, Folio 022 (c) I.R.H.T.-CNRS  www.enluminure.culture.fr

rocs 1372 J de CESSULIS Echecs moralisés IRHT CNRS

Michel PASTOUREAU : Une histoire symbolique du monde occidental, SEUIL 2004
(L'arrivée du jeu d'échecs en Occident) ISBN 978-2-7578-2874-8
[extrait]/////////////////////////////////////////////////////////////////////////

pp. 315-318

[Le jeu des échecs est] un jeu oriental, né aux Indes, transformé en Perse et remodelé par la culture arabe. Mis à part sa parenté symbolique avec l'art militaire, tout ou presque y est étranger aux chrétiens des environs de l'an mil. Il faut donc, pour assimiler ce jeu nouveau, le repenser profondément, l'adapter aux mentalités occidentales, lui donner une image plus conforme aux structures de la société féodale. Cela prit sans doute quelques décennies et explique que les textes narratifs ou littéraires qui parlent du jeu d'échecs au XIe et XIIe siècle soient si imprécis, si confus [...]

Ce qui déconcerte d'abord les Occidentaux, c'est le déroulement même de la partie et son but final : rechercher la victoire et faire en sorte que le roi adverse soit en position de "mat". Une telle pratique est contraire aux habitudes des guerres féodales, où les rois ne sont pas faits pour être capturés ou mis à mort, et où les combats n'ont pas vraiment d'issue [...] Ce qui est important, c'est de combattre, pas de gagner. En fait, la partie d'échecs ressemble à la bataille et non pas à la guerre, (cf. G. DUBY, Le Dimanche de Bouvines, 1985) [...]

En second lieu, ce qui déroute les Occidentaux lorsqu'ils reçoivent des Arabes le jeu d'échecs oriental, c'est la nature des pièces. Ici il ne faut pas adapter mais transformer. Des pièces arabo-persanes, seuls le roi (le shah, mot qui a donné naissance au nom même du jeu : scacciarus en latin, eschec  en ancien français, Schach en allemand), le cavalier et le fantassin (pion) ne posent pas de problème : on comprend de qui il s'agit. [...]

Quant au char du jeu persan puis musulman, il connut lui aussi des fortunes diverses. D'abord maintenu tel quel, il se transforma ensuite en chameau ou en animal exotique, puis en une véritable scène à deux personnages (Adam et Eve, St Michel tuant le dragon, couple de chevaliers joutant). La tour n'a remplacé ces différentes figures que tardivement et pour des raisons qui ne sont pas encore totalement expliquées. Peut-être a-t-on rapproché le mot latin désignant cette pièce, rochus (que l'on avait calqué sur l'arabe rukh, char) du mot italien rocca désignant une forteresse ? Quoi qu'il en soit, cette figure, le roc du jeu français, est demeurée très instable jusqu'au XVe siècle, date à laquelle elle se fixe enfin dans la forme d'une tour.

[fin de citation] ////////////////////////////////////////////////////////////////
Même ouvrage, autres extraits :
[#] [DES] Tous les jeux de hasard sont diaboliques (carte I Le Bateleur)
[#] [OURS] L'ours, roi détrôné (chap. Plantes & Animaux)

 

L  I  E  N  S 

 

Histoire du jeu d'échecs : fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89checs
Manuscrit de l'oeuvre de Jacob de CESSOLIS à Oxford (1459) : bodley30.bodley.ox.ac.uk:8180/luna/servlet/view/all/who/Jacobus+de+Cessolis/what/MS.+Canon.+Ital.+4/Manuscript/