Comme ça, en passant, soudain on dirait bien ... N'est-ce pas une sorte de "Mat" personnifié qui nous parle, ici ? La morsure de la tentation de partir : jolie définition pour le petit félin mordeur de fesse de la carte de tarot. Un grand voyageur parle, d'autant plus incontournable qu'il nous apostrophe depuis l'incipit d'un récit de voyage ... Il n'est toutefois pas indifférent de savoir que le voyage de Guy de Pourtalès au Cambodge avait pour motivation principale d'y retrouver sa maîtresse ...qui finalement en préféra un autre ... d'où probablement la touche mélancolique ? Cette belle prose de l'entre-deux-guerres évoque aussi la carte XIII et son coup de faux définitif ... détachement et rupture ...

Carte LE MAT [#] - carte XIII [#]

Guy de POURTALES : "Nous à qui rien n'appartient - Voyage au pays khmer" Flammarion 1931
[extrait - incipit du livre]///////////////////////////////////////////////////////////////

I  PARTIR

Un passant s'arrêta devant les magasins de la "Belle Jardinière" parce qu'il avait vu descendre de voiture l'explorateur qui, la veille, racontait ses voyages. Il le suivit de comptoir en comptoir, osa enfin l'aborder pour lui confier qu'il était, lui aussi, mordu par la tentation de partir.

- Sachez, fit l'homme, qu'il n'y a de difficile qu'un seul trajet : celui que vous ferez de chez vous à la gare. Une fois le train parti, la route n'a plus d'obstacle.
- Je vais loin.
- Que vous alliez à Nice, à Singapour ou au Thibet, le seul ennemi qui puisse vous empêcher d'embarquer, il vous guette entre le coin de votre cheminée et le marchepied du wagon. Etes- vous décidé ?
- Je le crois.
- Ne rentrez point chez vous. C'est de la "Belle Jardinière" que moi aussi, il y a vingt ans, je suis parti pour la première fois.

Le passant acheta un équipement léger, monta en taxi et donna son adresse afin d'aller chercher chez lui le restant de son bagage; mais il se souvint à temps du conseil reçu et se fit conduire à la gare. Deux ans plus tard, il revenait du centre de la Chine.

C'est ainsi, Voyageur, qu'il te faut quitter les tiens sans adieux. Sois seul à l'heure du départ. La route qui mène à ton coeur fait le tour de la terre, et tu ne trouveras au bout que toi-même et tes désirs inapaisés. Sache que tu ne romps rien dans ta fuite. Tu emportes malgré toi ce qui te retient, et tu sécrètes tout le long du chemin le fin fil qui t'attache à tes origines.

Sans doute reviendras-tu. Et ce sera comme si tu n'étais jamais parti. Mais qu'y aura-t-il donc en toi de changé ? Pourquoi ne te reconnaîtra-t-on plus ? A quelle escale le paquebot t'emportait-il dans l'aube des Tropiques avec cette fêlure à l'âme dont elle ne s'est pas remise ? Car nous le sentons dans tes mains et dans ton regard : tu es désormais parmi nous un étranger.

[fin de citation] //////////////////////////////////////////////////////////////////////
Autres récits de voyage cités dans le blog :
- le retour de Terre Sainte de Saint Louis dans les "Chroniques" de Joinville [#]
- St Vincent de Paule vient visiter Louis XI [#][#
- Voyage d'un chrétien syrien en France vers 1708 : Histoire de dais [#] - Allégorie du Temps dans l'opéra sous Louis XIV [#] - Le supplice de la roue pour les assassins [#]
- Marcelle AUCLAIR au Chili début XXe s. [#]
- Paul MORAND début XXe s. [#]
- Jacques LACARRIERE au Mont Athos en 1952 : Arrivée [#] - l'ermite pêcheur [#] - le moine fou [#] - Nikône [#] - Liturgies de nuit [#] - soleil d'Argolide [#]
 

L  I  E  N  S

L'AUTEUR DU TEXTE : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F16202.php
http://data.bnf.fr/11920488/guy_de_pourtales/