Dans les jeux les plus anciens, (en particulier ceux où les cartes ne sont pas encore numérotées ni dénommées), une seule carte comporte un personnage devant une table. C'est celle dite du Bateleur. Cette carte évoque bien sûr des tréteaux de foire. Mais à cause, justement, de la table, et aussi de l'attitude du personnage tenant une pièce d'or en main, on peut penser également à un étal de CHANGEUR (l'ancêtre du banquier). L'historien Jacques LE GOFF résume ici les caractéristiques des changeurs aux temps médiévaux.

carte I LE BATELEVR (sommaire) [#] - (Variantes) [#]
Objets & Outils [#] - cartes de Deniers [#]

Jacques LE GOFF : Le Moyen Age et l'Argent, essai d'anthropologie historique, PERRIN, 2010
[extrait p. 136] ///////////////////////////////////////////////////////////////////////

Comptoir de changeur (Anonyme du XIVe s.)
PRATO, San Francesco
www.aparences.net/trecento/trecento1.html

Comptoir_de_changeur_anonyme_du_XIVe_Prato_San_FrancescoA côté des prêteurs [usuriers], dont ils ne se distinguaient pas toujours, les changeurs, dont on a signalé un premier développement à partir de la fin du XIIe siècle, exerçaient une fonction rendue indispensable par la diversité croissante des monnaies. Ils faisaient leurs opérations sur un banc ou une table en plein air dans une boutique ouverte sur la rue comme celle de tous les artisans.

Ils s'étaient groupés pour favoriser les opérations de leurs clients qui étaient souvent communs à plusieurs d'entre eux. A Bruges, ils tenaient leur table près de la Grand-Place et de la grande halle au drap, à Florence, leurs banchi in mercato sur le Vieux Marché et le Marché Neuf, à Venise, leurs banchi di scritta sur le Pont du Rialto, à Gênes, près de la Casa di San Georgio.

Ils remplissaient deux fonctions traditionnelles :
- le change des monnaies (d'où ils tirent leur nom)
- et le commerce des métaux précieux

Ills étaient les principaux fournisseurs de la Monnaie en métaux précieux qu'ils recevaient de leur clientèle sous forme de lingots, ou plus souvent de vaisselle. Suivant les circonstances, ils exportaient aussi ces métaux précieux, malgré le monopole théorique des monnayeurs. Par ces opérations, ils influaient fortement sur les prix des métaux précieux et leurs fluctuations.

pp.77 sq.

La féodalité, dans sa seconde phase décrite par Marc Bloch, fut pénétrée par l'argent. Dès 1170, en Picardie,  par exemple (cf. Robert FOSSIER, La Terre et les Hommes en Picardie jusqu'à la fin du XIIIe siècle, 1968) ), les cens et redevances nouvelles sont le plus souvent fixés en deniers ou en valeur monétaire. [...] Si la circulation monétaire reste fragmentée, elle s'organise dans un cadre régional, les diverses monnaies circulant dans une certaine aire ayant entre elles des rapports de valeur plus ou moins fixes. Les historiens de la monnaie désignent en Allemagne le long XIIIe siècle comme "l'époque du denier régional".

Cette régionalisation de la circulation de la monnaie fait apparaître une nouvelle catégorie de changeurs professionnels qui deviennent si nombreux qu'ils tiennent une place de plus en plus éminente dans la société. Leur richesse et leur prestige sont tels qu'à Chartres, par exemple, ils financent deux des célèbres verrières de la cathédrale. Un des plus anciens exemples de statuts du métier de changeur apparaît à Saint-Gilles en 1178 et comporte 133 noms. [...]

Le roman courtois de Galeran de Bretagne nous a laissé une peinture vivante des changeurs de Metz vers 1220 :
           Si sont li changeurs en la tire
          Qui davant eulx ont leur monnoye :
          Cil change, cil conte, cil noie,
          Cil dit : "C'est voix", cil : "C'est mensonge"
          Onques yvres, tant fust en songe,
          Ne vit en dormant la merveille
          Que puet cy veoir qui veille.
          Cil n'y resert mie d'oystensez
          Qui y vent pierres précieuses
          Et ymages d'argent et d'or.
          Autre ont davant eulx grant tresor
          De leur riche vesselment.

Pourtant, les changeurs ne reçoivent de statut à Florence qu'en 1299, il n'existe que quatre offices de changeur public à Bruges, et à Paris, le métier, étroitement surveillé, n'a pas encore d'organisation propre, bien que les changeurs fassent partie de l'élite urbaine et figurent en tant que tels dans les processions et autres entrées princières. [...] L'usage de l'argent et le statut des spécialistes de l'argent oscillent au Moyen Age entre la méfiance, d'une part, et l'ascension sociale de l'autre.

[fin de citation] //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Même ouvrage, autres extraits :
[DENIERS] 4 Deniers=1 miche de pain [#] - [VETEMENTS] Les lois somptuaires [#]
Extraits de "Civilisation de l'Occident médiéval" par J. LE GOFF (1977, rééd. 1984) : [ERMITE] Le refuge absolu de l'idéal chrétien [#] -
[ERMITE] Le marin de saint Louis à Lampedusa [#] - [PIERRE] Fréquence des incendies de charpente [#] - [ROUE DE FORTUNE] un Mythe décourageant [#]

 

L  I  E  N  S

OEUVRES D'ART CITEES :
Cathédrale de CHARTRES :
fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?id=s0000270
www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Notre-Dame_de_Chartres/181638

vitraux : fr.wikipedia.org/wiki/Vitraux_de_Chartres
Roman "Galeran de Bretagne" : www.larousse.fr/encyclopedie/litterature/Galeran_de_Bretagne/173464

 

Chartres_-_Vitrail_de_la_Vie_de_Joseph -baie 41-wikimediaCathédrale de CHARTRES (Eure-&-Loire)
Verrières des nefs collatérales
début XIIIe siècle
Baie n° 41 : L'histoire de Joseph (détail avec les dromadaires)

Après vérification, effectivement les CHANGEURS ont financé à Chartres plusieurs vitraux :
- au mur Nord de la nef (4e travée)
n°41 (verrière basse) : L'histoire de Joseph dans l'Ancien Testament
n°135 (verrière haute) :  rosace avec La Vierge aux 7 Dons, vitraux verticaux avec des apôtres
- dans l'abside, choeur vu de face 
n°105 (à l'extrême gauche) :  3 scènes avec St Pierre - lecture de bas en haut - remise des clefs par Jésus, délivrance de prison, Quo vadis Domine ?
n°106 (à l'extrême droite) : 3 scènes avec St Jean Baptiste - lecture de bas en haut - annonce de sa naissance à son père Zacharie, Jean Baptiste montre l'Agneau, baptême de Jésus

numérotation des baies :
www.cathedrale-chartres.org/fichiers/pdf-articles/la-cathedrale/decouvrir/vitraux/numerotation.pdf

pour plus de détails historiques :
fr.wikipedia.org/wiki/Vitraux_de_Chartres
www.cathedrale-chartres.org/fr/les-vitraux,115.html