Quels poètes utilisent uniquement comme symbole de l'amour l'arc aux flèches empoisonnées ? Jean Antoine de BAÏF (1532-1589), entre autres. Cette célébrité de la Renaissance est très oubliée aujourd'hui. Il étudia avec Ronsard auprès de l'humaniste Dorat, et devait plus tard passer beaucoup de temps à traduire les Psaumes. Sa poésie amoureuse fut souvent mise en chansons.  A l'évidence, l'oeuvre de Baïf devait figurer dans la bande-son pour la carte VI L'AMOUREUX ! Le recueil de "l'Amour de Francine" en quatre livres parut dès 1555. Le texte ci-dessous reprend l'édition de 1572.

carte VI L'AMOUREUX [#] - Objets & Outils[#]

 

Jean Antoine DE BAÏF : De l'Amour de Francine (chanson VII du Premier Livre) édition de 1572
in "Anthologie de la Poésie Française", coll. de la Pléïade, GALLIMARD 2000
[extrait p. 642]////////////////////////////////////////////////////////////////////

Vous jeunes gens, qu'Amour des-ja menace,             
                            Fuiez ce faux archer,
Fuiez son arc, courez de place en place,
                            Ne vous laissez pas toucher.
                            Puis que [après que] la flèche
                            A fait sa brèche,
                            C'est grand' sotise
                            Si l'on s'avise
Après le coup dutireur n'aprocher.
Heureux celuy que d'autruy le dommage
                            A fait bien avisé :
Si j'eusse pu de bonne heure être sage
                           Devant [avant] qu'il esut visé,
                           Plus sain je fusse
                           De luy je n'eusse
                           Par avanture [peut-être]
                           Ce que j'endure :
Je ne languisse [languirais] ainsi martyrisé !
Bien que mon mal me cause un grand martyre
                           En cruelle rigueur,
Heureux vraiment de l'avoir me puis dire
                           Pour si grande valeur.
                           Je recoy gloire
                           De sa victoire :
                           L'honneur surmonte
                           La faible honte
S' [Si]on est vaincu par un brave vainqueur.
Puis que mon mal est si grand qu'il refuse
                           L'espoir de guérison,

Je feray bien, si doucement j'abuse
                           L'effet de sa [son] poison,
                           L'acoutumance
                           Donne alegeance [soulagement]
                           Quand on suporte
                           De vertu forte
Ce qui ne peut s'amander par raison.
[fin de citation] //////////////////////////////////////////////////////////////////
Autres poètes du XVIe siècle cités dans le blog : D'Aubigné [#] - Du Bellay [#] - Scève [#][#][#]

L  I  E  N  S

 

L'AUTEUR DU POEME : http://www.larousse.fr/encyclopedie/litterature/Ba%C3%AFf/171200
autres poèmes : http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_antoine_de_ba_f/index.html

FAITS & CONCEPTS :
La Renaissance lyonnaise :
https://www.lettres-et-arts.net/histoire-litteraire-moyen-age-16eme/renaissance-lyonnaise-heritages+23
Les mouvements littéraires :
https://www.etudes-litteraires.com/bac-francais/mouvements-litteraires.php