roi Epées tarot Noblet Paris ca 1650Quelques vers composés fin XVIe siècle nous décrivent la figure d'un ROI IDEAL pour l'époque : honnête, efficace,  soucieux du bien d'autrui et, surtout, restant parfaitement insensible à la flatterie.

Ces vers sont dûs à l'écrivain protestant Théodore Agrippa d'Aubigné (Pons 1552 - Genève 1630). Ce pamphlétaire enflammé était l'ami d'Henri de Navarre, futur roi Henri IV. Il fut aussi le grand-père de Françoise d'Aubigné (la future Madame de Maintenon, épouse morganatique de Louis XIV).

Théodore Agrippa d' AUBIGNE : "Les Tragiques" (extraits)
Classiques Larousse, 1936
[extrait p. 29 - vers 499-524] /////////////////////////////////////

 

      Voici quels dons du ciel, quels trésors, quels moyens,
500 Requéraient en leurs Rois les plus sages payens,
      Voici quel est le Roi de qui le règne dure 1 :
      Qui 2 établit sur soi pour reine la nature,
      Qui craint Dieu, qui émeut pour l'affligé son coeur,
      Entrepreneur prudent, hardi exécuteur 3,
505 Craintif en prospérant 4, dans le péril sans crainte,
      Au conseil sans chaleur, la parole sans feinte,
      Imprenable aux flatteurs, gardant l'ami ancien 5,
      Chiche de l'or public, très libéral du sien 6,
      Père de ses sujets, ami du misérable,
510 Terrible à ses haineux 7, mais à nul méprisable 8,
      Familier non commun 9, aux domestiques 10 doux,
      Effroyable aux méchants, équitable envers tous,
      Faisant que l'humble espère et que l'orgueilleux tremble,
      Portant au front la crainte et l'amour tout ensemble 11
515 Pour se voir des plus hauts et plus subtils 12 esprits
      Sans haine redouté, bien aimé sans mépris :
      Qu'il ait le coeur dompté 13, que sa main blanche et pure
      Soit nette de l'autrui 14, sa langue sans injure,
      Son esprit à bien faire emploie ses plaisirs,
520 Qu'il arrête son oeil de semer des désirs 15,
      Debteur 16 aux vertueux, persécuteur du vice,
      Juste dans sa pitié, clément en sa justice.
      Par ce chemin l'on peut 17, régnant en ce bas lieu,
      Etre Dieu secondaire, ou image de Dieu 18.
      [...]

Notes de l'édition des Classiques Larousse :
1 Les derniers Valois régnèrent en effet peu de temps chacun; 2 Celui qui; 3 N'oublions pas que d'Aubigné est un homme d'action; 4 Pendant qu'il prospère; 5 Par opposition avec les Valois; d'Aubigné pense encore aux querelles des mignons qui se supplantaient parfois les uns les autres; 6 C'est une qualité dont Auguste se vante, dans les "Res Gestae"; 7 Ce mot est fréquent au XVIe siècle, surtout dans la tragédie; 8 Qui ne compte pas; 9 Sans excessive familiarité pour qui vit dans son intimité; 10 Les gentilhommes de son entourage; 11 Lourdeur inutile; 12 Intrigants; 13 Changement de construction; 14 Terme de droit : le bien d'autrui; 15 En lui-même; 16 Débiteur; debteur est la forme régulière (du latin debitorem); 17 Reprise de la tournure énumérative employée au début de la tirade (Voici quels dons ...) 18 Expression prise à Saint Paul, Lettre aux Corinthiens, IV, IV : "Le Christ, image de Dieu"

[fin de citation] //////////////////////////////////////////////////////////////////////
Autres citations d'Agrippa d'Aubigné : Peur et désir de la mort au XVIe siècle [#]
Autres poèmes cités dans le blog :
"Tristan et Yseut" (XIIe s.) [#] - "L'Outillement au Villain", auteur anonyme (XIIIe s.) [#] - Ballade d'Eustache DESCHAMPS (XIVe s.) [#] -  "Le Grand Testament" de François VILLON (XVe s.) [#] - poèmes médiévaux inspirés de l'Antiquité [#] - poème médiéval de la Roue de Fortune (XIe s.) [#] - Joachim DU BELLAY [#] - Lettre de Voltaire (1740) [#] - "Mors" de Victor HUGO [#]

 

L  I  E  N  S

L'AUTEUR DU TEXTE :
Né en Saintonge au sein d'une famille protestante, d'Aubigné fit de solides études classiques. A six ans, il lit couramment "les quatre langues" (français, latin, grec, hébreu). Il achève ses études à Genève en 1567. L'année suivante, il s'engage dans l'armée protestante et revient à Paris. Echappant à la Saint-Barthélémy, il s'évade de la cour des Valois avec Henri de Navarre, le futur roi Henri IV. Selon ses dires, il commença à composer "Les Tragiques" en 1577-1579, pendant une longue convalescence, après sa blessure au combat de Casteljaloux. Il y copie le style âpre et sec de Tacite, dans une éloquence chaude et emportée. L'épisode final de cette oeuvre en vers daterait de 1601. D'Aubigné hésite longuement à publier ce pamphlet. La première édition (anonyme) date de 1616; une autre en 1623 serait dûe à un imprimeur genevois.
http://www.poetica.fr/biographie-theodore-agrippa-aubigne/
http://www.agrippadaubigne.org/biographie.html

ILLUSTRATION :
Le Roi d'Epées du Tarot Noblet, Paris ca 1650 (version recolorisée par J-C Flornoy selon l'exemplaire de la Bibl. Nationale).
http://a.trionfi.eu/WWPCM/decks07/d05925/d05925sK.jpg