XX LE JUGEMENT (sommaire) [#]

Paul DIEL : Le symbolisme dans la mythologie grecque, Payot 1966, 1980
[extrait] /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

pp. 205-208


Tel l'animal, l'enfant exige la satisfaction immédiate de chaque désir. 

Tarot DODAL - carte XXI Le Jugement - Lyon 1701-1715 - version recolorisée par JC Flornoy-tarot-pratiquedotfr

 

  • Au cours de son développement, qui doit faire de lui l'homme debout, il devrait acquérir la maîtrise des désirs corporels, leur contrôle par les exigences de l'esprit.

  • Dans le cas idéal, les interdictions parentales concordent avec les exigences vitales et évolutives. Pour se montrer docile aux interdictions, l'enfant exige en compensation l'amour des parents, vraie nourriture d'âme, et réclamera, à mesure qu'il grandit, l'explication de la raison d'être des exigences qui limitent sa liberté.

  • Ne reçoit-il pas en suffisante et juste mesure ces équivalents, sa faim d'âme et d'esprit, restant inassouvie, s'exalte ou s'inhibe. Ayant évolué et atteint l'âge adulte, l'homme cherchera durant toute sa vie l'amour et l'esprit d'une manière exaltée  :  il s'exaltera sentimentalement; ou, forme ambivalente, il prendra en haine tendresse et recherche de vérité : il feindra l'indifférence.

  • Mais, qu'il soit sentimental ou haineux à l'égard de l'esprit (nerveux ou banal), l'homme regrettera durant toute sa vie la liberté primitive à laquelle, enfant, il a été forcé de renoncer. Il tâchera de la retrouver. L'égoïsme sans limite, naturel à l'enfant, se déformera en égocentrisme maladif. La liberté qu'il cherchera à retrouver ne sera que libertinage.

  • Or, être libre signifie se sentir libéré aussi bien des exigences exaltées de l'esprit (père mythique) que de l'étreinte excessive des désirs multiples (mère mythique). La liberté - symboliquement définie - est donc l'union équilibrée entre le père mythique et la mère mythique : l'harmonie des désirs.

  • Le libertinage, par contre, trouve sa définition mythique dans la formule de l'oracle [dans l'histoire d'Oedipe] : tuer le père (mythique) et épouser la mère (mythique). Toute déformation étant ambivalente, l'exaltation peut se porter également vers l'esprit, inhibant (tuant) les désirs multiples (mythe de Tantale). [...]

Le père mythique est l'esprit prohibitif (frein de la raison), l'inhibition exercée par le désir essentiel à l'égard des désirs multiples à seule fin de les harmoniser.

  • Le père mythique représente les exigences de la vérité à l'égard du monde (à l'égard des objets désirés) et à l'égard de soi-même (à l'égard des désirs tendus vers des objets, mobiles des actions).

  • Les exigences exaltées du père réel, mutilateur d'âme, jouent un rôle très spectaculaire dans chaque histoire individuelle de déformation psychique, mais uniquement parce qu'elles dénaturent l'élan du désir essentiel et évolutif.

  • L'enfant, être encore tout extra-conscient, fait de son père réel un mythe, le vit comme un père mythique et veut - non seulement extérieurement et sous la menace des sanctions, mais de toute son âme avide d'amour, de tout son élan essentiel - se conformer aux interdictions même injustes (exaltation) mais sans y parvenir (inhibition).

  • Le père mythique (l'exigence sublime) ainsi confondu par l'enfant avec le père gêneur finit par être vécu lui aussi comme gêne insupportable contre laquelle se dresse finalement la révolte vaniteuse. Il en résulte la tendance à ne plus vouloir entendre l'appel surconscient, ce qui aboutit au refoulement.

  • Le refoulement des exigences spirituelles est, symboliquement parlant, un essai de tuer le père mythique. Mais il est immortel. Il réapparaît sous sa forme punitive, il devient l'accusateur intérieur : la culpabilité-remords. L'esprit refoulé, au lieu de se taire, devient obsédant : il finit par interdire même les désirs légitimes, justifiables devant l'esprit positif (mythe de Tantale).

 

Cependant, les désirs multiples (mère mythique) se trouvant ainsi excessivement inhibés ne cessent de se révolter d'une manière de plus en plus exaltée.

  • Que l'inhibition obsédante l'emporte sur l'exaltation révoltée, et les désirs refoulés, coupés de la décharge réelle, ne parviennent plus qu'à une satisfaction imaginativement déguisée, symboliquement déformée : l'énergie du désir, détournée de son but réel, fait irruption sous forme du symptôme pathologique allant jusqu'à l'hallucination  [...].

  • Si par contre, la révolte de l'exaltation obsessionnelle déborde les défenses du refoulement inhibitif, l'explosion se produit sous forme de tendance à la libération banale : elle consiste à survaloriser les désirs défendus, à les aimer excessivement, à les épouser. C'est le thème du mythe d'Oedipe.
    -------> (même auteur) Oedipe face au sphinx, cf. [#]
    -------> symbolisme du sphinx, cf.
    [#]

[fin de citation] ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Même ouvrage, autres extraits :
[#] Symboles mythologiques (chapitre sur la symbolique)
[#] Le symbole du bâton/massue (la série des Bâtons)
[#] La domination titanesque (IV L'EMPEREVR)
[
#] Eros et Psyché (VI L'AMOVREVX)
[
#] Phaéton (VII LE CHARIOT) -
[#] Dionysos (XV LE DIABLE)
[#] Père mythique et mère mythique (XX LE JUGEMENT)
[
#] [TRIDENT] Les trois pulsions (à propos de la carte L'espérance, tarot Cary-Yale Visconti) -------> visible ici [#]

 

L  I  E  N  S

 

L'AUTEUR DU TEXTE :
Biographie de Paul Diel (1893-1972) : en.marge.free.fr/reportrait_003.htm

ILLUSTRATION
Tarot de Jean Dodal, Lyon ca 1701-1715,
restauré aux couleurs d'origine par JC Flornoy
www.pratique.fr/tarot-marseille-xx-jugement.html