Peu à peu apparaissent quelques jeux de tarot où toutes les cartes sont des figures mythologiques : le jeu "Sola Busca" aux 22 héros antiques (ca 1491, Venise ou Ferrare?), le tarot dit "de Mantegna" (ca 1550) à 50 cartes, etc ... Dans cette évolution, quelques thèmes plus anciens changent soudain de connotation. Ainsi, le Chariot : jusque-là il était plutôt le chariot des triomphes renaissants "à l'antique", et portait une femme. Il devient tout à coup le chariot du soleil. La carte 44 du Mantegna s'intitule bien "SOL" (soleil). La chute finale de Phaéton, fils du Soleil, y est même représentée. Cette chute évoque les personnages expulsés de la tour des cartes "XVI Maison Dieu" ultérieures ...  Chariot, Soleil, Maison Dieu, les symboles s'avèrent assez labiles ... Mais la légende de Phaéton, elle, est très structurée, comme nous le rappelle le psychologue Paul Diel :

Carte VII LE CHARIOT [#]
Carte XVIIII LE SOLEIL [#]
Langage symbolique [#]

Paul DIEL : Le symbolisme dans la mythologie grecque, Payot 1966, 1980
[extrait pp. 91-97] //////////////////////////////////////////////////////////////////


Phaéton est fils d'Hélios, dieu du Soleil.halios_vers_450_400_av_j_c

  • Pour comprendre la signification de cette filiation qui décide de tout le sens caché du mythe, il faut spécifier la qualité symbolisée par Hélios. Toutes les qualités positives sont figurées par des divinités solaires. Mais il est, chez les Grecs, deux divinités qui symbolisent plus spécialement le soleil : Hélios et Apollon. Ils figurent le soleil sous deux aspects différents.

  • Hélios symbolise le soleil réel qui préside au cycle saisonnier, à la végétation terrestre, à la fécondation et à la productivité de la terre.

  • Mais le soleil n'est pas seulement adoré comme astre réel procurant les fruits terrestres. La symbolisation mythique fait preuve d'une tendance générale à transposer la productivité extérieure et végétative sur un plan psychique et moral. C'est ainsi que les fruits terrestres deviennent le symbole des "fruits" de l'âme, des désirs et de leur spiritualisation-sublimation. Sur ce plan, le soleil devient lui-même symbole de la productivité de l'âme, de l'harmonisation des désirs.

le quadrige d'Hélios, ca -450/-400 B.C.
Cratère à figures, British Museum

  • Or, le mythe grec figure la force suprême de l'esprit et celle de l'âme, la vérité et l'amour, par deux divinités suprêmes : Zeus et Héra. Les conséquences - mythiquement parlant : les enfants - de ces qualités suprêmes sont la sagesse et l'harmonie symbolisées par Athéna et Apollon. Le fait que Phaéton est fils d'Hélios [et pas d'Apollon] laisse donc prévoir qu'il ne cherchera pas la productivité de l'âme : l'harmonie et la sagesse, mais une productivité extravertie.

  • Le mythe de Phaéton parlera d'un tout autre type d'homme que le mythe de Tantale. Tantale aspire à la productivité intérieure, à l'épanouissement des qualités; sa faute fut de la chercher à l'excès et en dépit de ses forces limitées.
    --------> Mythe de Tantale, par le même auteur [#]

  • Si [...] Phaéton, fils du Soleil, n'est pas descendant d'Apollon mais d'Hélios, c'est qu'il n'ambitionne pas l'harmonie de l'âme, mais la fécondité extérieure au profit du monde, l'oeuvre extériorisée, qui sera pourtant d'origine spirituelle, car toute divinité solaire, en tant que père mythique d'un homme, symbolise une qualité de l'esprit. [...]


 

Le mythe raconte que Phaéton se met en route à la recherche de son père Hélios lorsqu'il apprend sa filiation divine.

détail du char du soleil, fresque du plafond, 1575
Sala del Mappamondo, Villa Farnèse, CAPRAROLO (Viterbe)

Caprarola_1575_fresque de la villa Farnèse sala del Mappamondo - char du soleil
  • C'est-à-dire : au moment où l'esprit se réveille en lui, à l'âge enthousiaste où l'adolescent devient conscient de ses qualités, où celui qui possède la qualité positive figurée par la divinité se reconnaît pour la première fois, avec joie, son "fils"; Phaéton va chercher son père; autrement dit : il s'apprête à faire usage de ses qualités productives.

  • Le mythe rapporte un motif significatif : Phaéton ne part à la recherche de son "Père" que poussé par le défi de ceux qui contestent sa filiation, lui reprochent de se vanter inopportunément d'être "fils du soleil", d'être homme-esprit. Il envisage la productivité dans le dessein d'apporter au monde la preuve de son affirmation. Ce n'est donc pas un mobile intérieur, l'amour de son père-esprit, qui se trouve à la base de sa décision, mais c'est, dès le début, le besoin de briller et de s'imposer. Phaéton s'empresse de devenir spirituellement productif afin de faire admirer ses qualités. La vanité le guette dès son départ.

  • Dans la joie de voir venir son fils, Hélios lui promet d'exaucer un souhait.

  • Phaéton ne trouve pas excessif d'exiger la permission de guider, ne serait-ce qu'un jour, les chevaux ailés qui traînent le char du soleil. Toute la motivation secrète de Phaéton se trouve condensée dans le symbolisme de ce voeu [...] . Or, ce voeu figuré n'a même pas l'obscurité analogique habituelle aux symboles, il a - du moins au premier abord - la limpidité d'une simple métaphore poétique.
    -------> [COCHER] cf. L'attelage de l'âme selon Socrate [#]
    -------> [CHEVAL][CHAR] dans l'art roman [#]

 

Carte 44 "SOL" (le Soleil)
Tarot dit "de Mantegna"
jeu à 50 figures antiquisantes
 

carte 44 SOL Jeu dit de Mantegna Cologne ca 1550 - site trionfi

Ladenspelder, Cologne ca 1550
 www.itrionfi.com

 

 

 

  • Le soleil apporte au monde la fertilité et la lumière. Pour Phaéton, fils de la divinité solaire, féconder et illuminer le monde est un désir naturel; mais encore faut-il ne pas l'exalter.

  • Selon la portée naturelle de ses qualités, Phaéton est en droit de se croire destiné à apporter l'illumination spirituelle, mais le mortel qu'il est aura besoin de recevoir lui-même la lumière, symbole de la vérité; son esprit ne saurait être, pour ainsi dire, que le miroir de la vérité, capable d'en capter tout au plus des rayons épars afin de les concentrer et de les refléter, c'est-à-dire de devenir ainsi fécond dans les limites de ses qualités.


Mais Phaéton n'accepte pas l'effort patient d'élucidation progressive qui est la tâche propre à l'esprit humain.

  • Son voeu indique le projet le plus insensé : il ambitionne d'assurer au monde, et par ses seules forces, la source même de toute lumière. Il ne doute pas de pouvoir se montrer à la hauteur de la qualité idéale dont son père, guide du char solaire, est le symbole. Sa présomption est de se mettre à la place de son père mythique, figure immortelle parce que symbole du processus sans fin d'illumination et de fécondation. Au lieu de se contenter d'être le "fils" mortel, il entend jouer le dieu, il veut se faire l'égal de la divinité. C'est - sous un nouvel aspect - la faute de Tantale.
    -------> notion de "père mythique" [#]

  • Le voeu de Phaéton symbolise l'excès de VANITE dont il est devenu trop vite et trop entièrement la proie. Cette forme de vanité qui s'emploie à vouloir spirituellement illuminer la vie, c'est-à-dire à combattre l'erreur au point d'ambitionner de sauver le monde, est un des aspects les plus fréquents de l'exaltation envers l'esprit. [...] [il] s'observe à divers degrés d'intensité et de déguisement dans un nombre considérable d'états de déformation psychique [...]

  • Le danger fondamental restera toujours l'exaltation insensée par rapport à la production la plus essentielle, qui est la formation de soi-même. Mais, d'autre part, c'est précisément dans la mesure où cette condition fondamentale de toute productivité féconde se trouve négligée, que la recherche de l'oeuvre extérieure se transforme facilement en production vaniteuse. Le souhait de Phaéton l'exprime si, - au lieu de s'arrêter à la clarté facile de la métaphore poétique - on le traduit selon toute sa profondeur symbolique : le cheval est symbole de l'impétuosité des désirs; il devient de ce fait [...] le symbole des désirs indomptés, une figuration de l'imagination perverse. Le cheval ailé, par contre, est symbole de la sublimation des désirs.
    ------->  noms des chevaux du char d'Hélios [#]



Avant de vouloir conduire le char du soleil-esprit et guider les chevaux ailés, Phaéton aurait dû apprendre à dompter les chevaux, à sublimer lui-même ses désirs; et c'est uniquement cette sublimation qui aurait pu le préserver des conséquences de son voeu insensé et périlleux.

 

 

Hélios supplie son fils de renoncer à son souhait trop exalté.

  • Mais Phaéton refuse d'écouter les conseils du dieu solaire, de l'esprit. Il lui répugne de se former lui-même selon les conseils de l'esprit; il ne veut que paraître, il aspire à l'oeuvre apparente et démesurément grande.

  • Devant son insistance son père mythique s'incline et lui cède la place. D'après la fable, Hélios est lié par sa promesse; suivant le sens caché, la qualité spirituelle, aveuglée par l'exaltation, devient impuissante à s'opposer au souhait le plus absurde.

  • Phaéton s'empare du char, attelle les chevaux et fait sortir le soleil, la lumière, du palais d'or de son père. Mais bientôt se révèle son incapacité de maîtriser l'attelage. Le char sort de sa carrière. Le soleil-lumière, la vérité que Phaéton apporte, quitte sa voie prédestinée. Elle erre au hasard : la route tracée par Phaéton est celle de l'erreur.

 

phaetonNicolas BERTIN
Phaéton conduisant le char du Soleil

ca 1720
mythologica.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

Le char, conduit à la dérive, abandonne la région sublime et s'approche trop de la terre, c'est-à-dire que la vérité qu'il voudrait apporter est trop mêlée de désirs terrestres, elle est impure.

 

La lumière éclairante se transforme en flamme dévorante. Au lieu de féconder, elle incendie la terre.

 

1604-1605 art baroque - RUBENS - Chute de Phaeton- National Gallery of Art Washington - blogspotZeus, symbole suprême de l'esprit, rétablit l'ordre. Pour mettre un terme à l'oeuvre destructrice, pour empêcher Phaéton de nuire davantage, il lance l'ECLAIR qui foudroie le coupable.

C'est une nouvelle symbolisation du thème central du mythe. L'éclair illuminateur, l'éclaircissement spirituel, enflamme l'homme sublimement, le pénètre d'enthousiasme, de joie productive; l'outrage envers l'esprit, l'exaltation insensée de la qualité spirituelle, transforme le don en châtiment, l'éclair en foudre.

Pierre Paul RUBENS : La chute de Phaéton, 1605 (National Gallery of Wahington)


 

Pierre Paul RUBENS : La chute de Phaéton, 1636 (Musée des Beaux-Arts, Bruxelles)

1636 RUBENS La Chute de Phaeton - site ac-grenoble

Phaéton est précipité hors du char, hors du chemin de l'esprit-soleil. Il retombe sur terre, s'écrase et périt dans les flammes destructrices qu'il a lui-même déchaînées.

 

Dans le mythe de Phaéton, dont le thème - selon le sens caché - est la production vaniteuse qui transforme la vérité en erreur, le coupable n'est pas le seul puni. La flamme destructrice se répand et atteint tous les habitants de la terre.

Ce symbolisme met en relief un aspect capital de la perversion de l'esprit.



La FLAMME destructrice figure le châtiment qui est inévitablement inhérent au pervertissement vaniteux de la vérité, à l'erreur coupable. Or, c'est, en réalité, l'erreur qui se répand, et de ses conséquences néfastes (la flamme destructrice) se trouvent atteints tous ceux qui participent à la coulpe du héros (auteur du crime), en se laissant influencer par l'erreur qu'il apporte.
-----> feu ou incendie dans les rêves [#]

 

  • L'erreur essentielle, l'erreur sur le sens de la vie (la seule dont parlent les mythes), répandue par l'esprit faux, prend racine dans la psyché de ses semblables et les remplit de faux jugements, donc de motifs pseudo-spirituels. Ces motifs font explosion sous forme d'actions déraisonnables et même absurdes. L'erreur sépare, exalte subjectivement et isole les individus, ou alors elle les réunit partiellement dans l'enthousiasme faux et destructif, le fanatisme.

  • Les motifs pervers, vaniteusement justifiés, subconsciemment enfouis et convertis en culpabilité inavouée et obsédante, font explosion sous forme d'une accusation que chacun porte contre les autres. Il en résulte le dédain mutuel, la haine, l'agression.

  • Ainsi l'erreur essentielle, créée par l'exaltation sentimentale du faux héros d'esprit et par son impuissance qualitative, se transforme nécessairement en souffrance et destruction qui peuvent se répandre sur le monde entier. Il se forme un cercle vicieux qui n'est plus seulement intrapsychique mais qui enserre le monde et les générations.

[fin de l'extrait] /////////////////////////////////////////////////////////////////////
Même ouvrage, autres extraits : 
[#] Symboles mythologiques (chapitre sur la symbolique)
[#] Le symbole du bâton/massue (la série des Bâtons)

[#] La domination titanesque (IV L'EMPEREVR)
[#] Eros et Psyché (VI L'AMOVREVX) -
[#] Dionysos (XV LE DIABLE)
[#] Père mythique et mère mythique (XX LE JUGEMENT)
[
#] [TRIDENT] Les trois pulsions (carte L'espérance, tarot Cary-Yale Visconti) ------> visible ici [#]

Autre symbole du char : le char de Pharaon ------> [#]


 

L  I  E  N  S

L'AUTEUR :
Biographie de Paul Diel (1893-1972) :  en.marge.free.fr/reportrait_003.htm

MYTHOLOGIE GRECO-ROMAINE :
APOLLON : www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Apollon/105818
mythe, culte, images (en anglais) : www.theoi.com/Titan/Helios.html
HELIOS, dieu solaire grec : mythe (en français) : www.cosmovisions.com/$Helios.htm
www.cosmovisions.com/$Helios.htm
mythe, cultes et images (site en anglais) : www.theoi.com/Titan/Helios.html
HERA, reine des dieux grecs : (en anglais) www.theoi.com/Olympios/Hera.html
PHAETON, fils d'Hélios :
le mythe, avec extraits de littérature antique le concernant (en anglais) : www.theoi.com/Titan/Phaethon.html
TANTALE : www.universalis.fr/encyclopedie/tantale-mythologie/
définition lexicale : www.cnrtl.fr/definition/tantale

ILLUSTRATIONS :

Cratère à figures (ca - 450 à - 400), British Museum : www.britishmuseum.org/explore/highlights/article_index/g/greek_vases.aspx
Carte 44 du Jeu de Mantegna (50 personnages ou allégories de l'Antiquité) :trionfi.com/mantegna/left.php
Sala del Mappamondo, 1575, fresque, Villa Farnèse à Caprarolo près de Viterbewww.atlascoelestis.com/apianus%20eridanus%20tefonte.htm
Phaéton conduisant le char du Soleil ca 1720, par Nicolas BERTIN, Musée du Louvre (c)  mythologica.fr/grec/phaethon.htm
La Chute de Phaéton, 1605, RUBENS, National Gallery of Art, Washington mythologica.fr/grec/phaethon.htm
La chute de Phaéton, 1636, RUBENS, Musée des Beaux-Arts, Bruxelles 

lesmythologies.wordpress.com/2009/11/16/phaeton/